L’association REVE monte au créneau pour promouvoir l’utilisation du véhicule électrique à La Réunion. Et faire tomber, au passage, quelques préjugés. – Stéphane Guillebaud

Si vous êtes pressé, n’abordez pas le sujet de la voiture électrique avec Gérard Welment. Affable, cet ingénieur en informatique devient littéralement intarissable sur le thème. De la voiture électrique, Gérard en parle à la fois comme un livre, au fait de la moindre innovation, du moindre progrès technique et, comme un passionné, prêt à déplacer des montagnes pour que les mentalités changent.

Gérard Welment compte parmi les membres fondateurs de l’association REVE (Réunion Véhicule Electrique) qui défend bec et ongles depuis maintenant un peu plus d’un an, l’utilisation du véhicule électrique sur l’île intense. En octobre dernier, l’association a réussi à mobiliser plusieurs centaines de personnes le temps d’un rassemblement à la fois convivial et pédagogique à Saint-Denis.

A force de « mettre le pied dans la porte », Gérard Welment, Président de REVE, obtient aujourd’hui une écoute plus attentive de la part des institutions. « Nous commençons à avoir des contacts. Les décideurs semblent sensibles à nos arguments et apprécient d’avoir, sur ce sujet, un interlocuteur identifié » explique-t-il. Côté grand public, l’association a lancé « Les rencontres des Réunionnais électrifiés » dont le potentiel de participants grossit à vue d’œil.

La reunion est adaptée au véhicule électrique

L’action de l’association REVE force le respect. Loin de défendre une « mode » ou une « tendance », elle entend bien faire bouger les lignes en accélérant un processus de mutation qu’elle considère inéluctable et irréversible. Et en profite au passage, pour faire tomber quelques préjugés qui, ici, comme ailleurs, ont la vie dure.

« Contrairement à ce que beaucoup pensent, le territoire de La Réunion est parfaitement adapté à l’utilisation d’un véhicule électrique » assure Gérard Welment. N’importe quelle voiture électrique dispose aujourd’hui d’une autonomie supérieure à un tour complet de l’île (250 kilomètres de périmètre). Or, je ne connais pas de Réunionnais qui fassent l’équivalent d’un tour de l’île tous les jours ».

A l’appui de sa démonstration, Gérard Welment délivre quelques chiffres issus d’une étude réalisée par le Syndicat Mixte des Transports Réunionnais. Elle révèle notamment que 65% des déplacements sur l’île se font en voiture et que 85% des Réunionnais roulent moins de 30 kilomètres par jour. Autant de raisons pour accélérer, ici aussi, la mutation en cours. « Les constructeurs sont en train de changer de stratégie et intègrent désormais l’électrique sur une bonne partie de leur gamme. On sait que 2020 marquera un tournant. On dénombre 2% de véhicules électriques en métropole. Seulement 0,5% à La Réunion (soit 1500 véhicules) et environ 100 points de recharges mais aucun ultra-rapide. C’est insuffisant ».

Si le concept déplait encore à certains inconditionnels du moteur thermique, l’argument financier reste de nature à convaincre les plus réticents. Et, là encore, Gérard se veut plus que convaincant. « Ma voiture électrique m’a coûté 20 500 € au lieu de 36 000 (reprise, prime et négociation). Je réalise une économie globale de 70% sur l’entretien et 100 km d’autonomie ne coûtent pas plus de 2 €. Sans compter le confort de conduite et… le silence. » Avis aux amateurs…

Vers l’autonomie totale

Pour Gérard Welment, le passage au véhicule électrique ne constitue qu’un point d’étape dans une démarche bien plus globale. « Ce que je propose, c’est de lier le déploiement du véhicule électrique à celui des énergies renouvelables ». A l’échelle de l’île dont les sources naturelles d’énergies, solaire et marée motrice, restent très peu utilisées. A l’échelle de l’individu également. « J’ai installé une station solaire que j’utilise pour recharger ma voiture. Investissement 2500 € (la Région subventionne l’équipement à hauteur de 6000 €). Le coût de mes déplacements est passé à 0,5 €/100 km. Dans quatre ans, ma station sera amortie ». Pas question pour Gérard de s’arrêter en si bon chemin. « La voiture électrique est une porte d’entrée sur des problématiques énergétiques et écologiques beaucoup plus large. Il faut l’utiliser comme un catalyseur, un facteur de changement de la production et de l’utilisation de l’énergie électrique ». Vaste chantier.

https://www.facebook.com/ve974/
assoreve974@gmail.com

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

La CPME et le RSMA signent un partenariat pour soutenir l’emploi à La Réunion

Le Régiment du Service Militaire Adapté de La