En résonnance à la journée mondiale de l’audition en mars, un partenariat initié entre spécialistes réunionnais et mauriciens de la surdité s’est précisé le 26 mai dernier à l’hôtel Le Méridien. Objectif: que les premiers aident les seconds à apprendre les techniques d’implant cochléaire.

Sachant qu’un enfant sur mille vient au monde avec une surdité profonde, on estime que 75 enfants naissent sourds profonds, à Maurice, chaque année. Marie Daruty de Grandpré, cheville ouvrière de l’organisation de cette journée, sous bannière d’Alain Afflelou Acousticien, explique: “Il s’agit d’un acte chirurgical qui ne se fait pas encore dans notre île, raison pour laquelle nous demandons à apprendre de l’expertise de médecins-chirurgiens réunionnais”. Les Drs ORL Velin et Mezouaghi, ainsi que la spécialiste de rééducation orthophonique pré et post implantation cochléaire, Mme Rachel Fradet ont confronté leurs interventions avec celles du Dr Dinassing du ministère de la Santé et du représentant du fournisseur d’implants MedEL, sponsor de la rencontre. De haute technicité, les implants MedEL qui sont fabriqués à la main en Autriche impose que la personne soit formée six mois avant d’être capable d’en faire. Ont été notamment invités à cette journée, médecins généralistes, pédiatres et ORL, les audiologistes de l’ENT de l’hôpital de Vacoas, mais aussi les patients et les représentants de compagnies d’assurances et d’institutions bancaires locales.

Une pathologie lourde et un matériel coûteux

En France un implant cochléaire coûte aux alentours de 14 000 €, hors acte chirurgical et rééducation. Tout ceci est pris en charge à 100% par la Sécurité Sociale; ce qui veut bien dire que la surdité profonde est reconnue comme une pathologie lourde. Banquiers et assureurs ont été invités pour être sensibilisés au problème de surdité surtout lorsqu’elle frappe les enfants, – qui plus tôt seront implantés et meilleurs seront les résultats , en la reconnaissant comme pathologie lourde car très difficile à vivre au quotidien”, poursuit Marie Daruty de Grandpré.

A Maurice, la trentaine de personnes implantées l’ont été en Inde et, l’objectif à terme, vise à proposer des opérations conduites sur place à l’horizon 2019.

L’autre axe de la rencontre du 26 mai dernier visait à marquer la journée mondiale de l’audition qui a eu lieu le 3 mars, ce, en rappelant les facteurs aggravants des risques de surdité: l’exposition prolongée au bruit excessif, que ce soit dans un contexte récréatif ou professionnel, les infections de l’oreille et la prise de certains médicaments. Marie Daruty de Grandpré, qui est audio-prothésiste et audiologiste chez Alain Afflelou Acousticien rappelle que des dépistages gratuits de la surdité y sont proposés sur la base de tests auditifs complets à but diagnostic. Pourquoi s’en priver en cas de doute…

Qu’est ce qu’un implant cochléaire?

Ce dispositif médical destiné aux personnes atteintes de surdité sévère et profonde, qu’elles aient 3 à 4 mois ou 90 ans est constitué de deux parties. Soit l’implant, composé d’un boîtier qui contient l’électronique et placé chirurgicalement sous la peau, et l’audio-processeur qui, lui, est porté derrière l’oreille. Ce dernier comporte une antenne qui capte les sons pour les transmettre à l’implant à travers la peau. Ainsi, le système d’implant cochléaire court-circuite la partie non-fonctionnelle de la cochlée et délivre des signaux électriques directement au nerf auditif.

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Mieux vivre la sur-efficience mentale

L’hypersensibilité et l’hyperémotivité sont souvent le signe d’un