Afin d’aider la Mauritian Wildlife Foundation dans son projet de conservation de la crécerelle de Maurice, Bank One a récemment lancé une nouvelle carte prépayée Visa, dont les frais d’émission seront essentiellement dédiés à ce vaste projet écologique.

Comme le légendaire dodo, elle a failli ne peupler qu’uniquement les livres d’Histoire. La crécerelle de Maurice (falco punctatus), l’une des 9 espèces d’oiseaux endémiques encore présentes dans l’île est un symbole du pays, mais aussi le reflet de la brillante politique de préservation de la Mauritian Wildlife Foundation (MWF). Animé par une vision à long terme de sa stratégie commerciale comme de ses initiatives de responsabilité sociétale, Bank One soutient ce projet de longue haleine, débuté dans les années 1970. Ainsi, l’établissement bancaire a lancé sa nouvelle carte prépayée Visa, à l’effigie de la Crécerelle de Maurice et aux couleurs de ce projet vert. La majeure partie des frais d’émission de la carte, soit 100 sur 150 roupies, sera reversée à la MWF pour aider à la sauvegarde de l’espèce en danger. Le protocole d’accord, effectif à compter du 1er juillet 2016, prévoit le versement de 100 Rs pour chaque émission de carte prépayée durant les 3 ans à venir. Ravneet Chowdhury, CEO de Bank One, se félicite de ce partenariat.

« Chez Bank One, nous considérons que chaque entreprise a une responsabilité sociale et environnementale, afin de s’inscrire dans une logique de développement à long terme et durable. Nous sommes conscients que nous n’avons pas hérité la Terre de nos ancêtres, mais  l’empruntons à nos enfants, et ce serait vraiment dommage de les priver de si belles espèces telles que la crécerelle de Maurice. Ainsi, le lancement de cette nouvelle carte prépayée démontre notre volonté de concilier nos objectifs commerciaux et environnementaux. »

MWF & BANK ONE: Une nouvelle carte prépayée pour la sauvegarde de la Crécerelle de Maurice

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Vikash Tatayah : « L’abattage des chauves-souris est inutile »

En décembre dernier, pour la deuxième année consécutive,