Le dodo est partout et nulle part à l’Ile Maurice. On le voit sur les panneaux d’a chage, sur des T-shirts, et même sur les journaux. Pourtant, il a disparu depuis plus de 300 ans ! Alors que le dodo est devenu un emblème de l’île, aujourd’hui, beau- coup d’autres espèces endémiques du pays sont au bord de l’extinction.

En partenariat avec la MWF, une exposition itinérante présente environ 30 magni ques photog- raphies de ces espèces, véritable héritage du pays. Cette exposition, met en vedette des photographies de Gaby Salazar, photographe spécialisée dans la conservation du Washington DC aux États-Unis, et de Jacques de Spéville, photographe mauricien, volontaire à la MWF. Tous deux ont créé une exposition photographique itinérante, mettant en évidence des plantes et animaux endémiques, souvent menacées de l’île Maurice et l’île Rodrigues.

Alors que la plupart des Mauriciens ont entendu parler du Pigeon des Mares ou de la Grosse Câ- teau Verte, cette exposition met les espèces maurici- ennes et rodriguaises les moins connues sous les projecteurs. Il s’agit, entre autres, du Scinque de Telfair, du Cuckooshrike (Campephagidae) de Maurice. On peut également y retrouver plusieurs plantes endémiques méconnues, notamment le Palmier Bouteilles de l’île Ronde, le Café Marron de Rodrigues et de la très fragile Hibiscus genevii (Mandrinette).

Le but de l’exposition est de sensibiliser le pub- lic au patrimoine naturel de l’île Maurice et de pro- mouvoir les e orts de con- servation en cours de la MWF et du National Parks and Conservation Service (NPCS). Les tableaux seront exposés à l’Aventure du Sucre du 1er juillet au 15 août 2016.

MAURITIUS BEYOND THE DODO

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Vikash Tatayah : « L’abattage des chauves-souris est inutile »

En décembre dernier, pour la deuxième année consécutive,