Le rhum est bien l’alcool de la décennie 2010. Sa consommation ne cesse d’augmenter de par le monde et le fameux breuvage participe aujourd’hui allègrement au chiffre d’affaires des cavistes du monde entier derrière le bon vieux whisky. Et s’il y a une catégorie qui surperforme, c’est bien celle du rhum haut de gamme. La Oxenham Craft Distillery surfe justement avec brio sur la tendance du rhum raffiné en étant de plus en plus reconnue à l’international.

Après avoir plébiscité la tequila, puis la vodka, les consommateurs donnent actuellement son heure de gloire au rhum. En effet, ce spiritueux exotique est porté par la vague des cocktails stars que sont le mojito ou le cuba libre. Mais un public de connaisseurs, de plus en plus nombreux, se porte aussi d’avantage sur les rhums ambrés, vieux, voire agricoles, tout ce que fait la Oxenham Craft Distillery qui a commencé à développer ce pôle en 2010. Résultat : le rhum est clairement l’un des segments les plus en forme des spiritueux de l’entreprise mauricienne. Vive le rhum !

La Oxenham Craft Distillery dernière née du rhum local

La Oxenham Craft Distillery située dans les locaux d’Oxenham Ltd à Phoenix développe sa production de rhums en 2010. Très vite, la famille Oxenham, notamment représentée par la 4ème génération composée d’experts en œnologie, s’investit totalement dans ce projet qui engendre des résultats prometteurs en très peu de temps. Forts du succès de la gamme Bougainville issue de la mélasse, Oxenham se lance ensuite dans la production d’un rhum agricole. La distillerie est ajourd’hui équipée de 4 alambics hybride de 400 litres chacun, tous dotés d’une petite colonne de distallation. Avec une capacité de production maximale de 90,000 litres de spiritueux/ eau- de-vie, la Oxenham Craft Distillery élabore des rhums à base de pure jus de canne ainsi qu’avec de la mélasse. La marque phare de la distillerie Bougainville est d’ailleurs exlusivement élaborée avec de la mélasse. Pour ce qui est des rhums vieux ces derniers sont conçus exclusivement avec un élevage en fût de chêne ayant servit préalablement à l’élaboration de vin de Sherry espagnol.

La Oxenham Craft Distillery c’est donc aujourd’hui une vraie success story !

Une gamme de rhums de qualité

A la Oxenham Craft Distillery, il existe des rhums haut de gamme ambrés ou blanc. Mais ce sont les rhums vieux qui ont particulièrement la faveur des connaisseurs car très raffinés. Comme les whiskies et le cognac, ces rhums haut de gamme doivent indiquer sur leurs bouteilles l’âge de l’eau-de-vie la plus jeune. Le rhum Bougainville se décline en 2 gammes : Le Pure Single Rum et le Spirit of Rum. Le Pure Single Rum a quatre références: le rhum blanc, Gold, VSOP et XO issus d’une distillation en alambic sans ajout d’arôme. Quant au Spirit of Rum il existe version citronnelle, vanille, et vieux domaine tous aromatisés aux essences naturelles. L’autre bijou de la Oxenham Craft Distillery ? Le XO premier rhum vieux de 6 ans d’âge mis sur le marché en 2018 avec uniquement  1000 bouteilles produites. Ces produits Made in Moris sont régulièrement primés dans des concours internationaux comme le célèbre Rhum Festival de Madrid ou le non moins renommé Festival de Berlin. Pour preuve, dernièrement encore le Bougainville a obtenu deux récompenses au The Rum & Cacheça Masters de 2018 ceci pour le Bougainville Aged Rum et le Bougainville White Rum.

La prémiumisation du rhum

Aujourd’hui, suivant l’exemple du cognac et du whisky, le rhum s’est lancé depuis une dizaine d’années sur la voie de la « prémiumisation » (montée en gamme). Signe que le rhum est en train de devenir un marché mature, et que le cercle de ses connaisseurs et de ses amateurs éclairés est en train de s’élargir.
« Il n’y a pas de portrait-robot de l’amateur de rhum haut de gamme, mais ce sont souvent des gens qui s’intéressent aussi à d’autres spiritueux, comme le whisky ou le cognac, et qui sont à la recherche de quelque chose de nouveau. C’est l’offre du rhum qui s’est élargie et c’est donc la possibilité pour le consommateur d’avoir accès à plus de cocktails et à plus de saveurs», analyse Dean Oxenham.

Le rhum : un breuvage qui avait mauvaise réputation

Le rhum puise ses racines au xviie siècle, quand il était la boisson des opprimés. Distillée avec des alambics de fortune de l’époque, la boisson était alors consommée principalement par les esclaves noirs, les marins, les pirates et les flibustiers, qui cherchaient dans l’ivresse bon marché à panser les plaies d’une existence modeste et difficile.

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Mobalpa intègre le végétal dans ses cuisines

Et si on mettait un peu d’air frais