Tous les Mauriciens connaissent son visage. Depuis des décennies, son sourire malicieux et son regard pénétrant symbolisent une cause essentielle: la défense des enfants les plus vulnérables. Comme à l’époque agitée de son adolescence, Rita Venkatasamy est totalement, complètement engagée… et l’idée même de tourner la page lui semble incongrue.

«Tout a démarré en 1976 », se souvient Rita Venkatasamy qui qui nous reçoit dans son bureau de Beau-Bassin. Avec un léger sourire nostalgique, elle accepte de se replonger dans le passé et raconte, avec passion, cette période décisive. Achevant ses études secondaires au Queen Elizabeth College, la jeune Rita reprend les refrains des chanteurs engagés. « Les chansons avaient de vrais messages….sur une musique entrainante! Et les grèves avaient agité tout le monde de l’enseignement. J’ai alors compris que ma vie serait marquée par le militantisme. » Mais dans l’ambitieux programme politique qui vise à refonder toute la société, Rita Venkatasamy choisit un aspect dont l’importance échappe encore à la plupart: protéger l’enfance! Elle fait ses premières armes au sein d’un groupe de volontaires, au lycée, puis dans un club d’animation, à La Caverne. Avec le soutien de la mairie de Vacoas, elle part à La Réunion se former. «Pendant quelques mois, après le collège, et pour faire plaisir à ma mère, j’avais pris un emploi à la Banque de Maurice, se souvient-elle. Mais je ne pouvais pas y rester : ce n’était pas moi… c’était un bon job, bien payé…mais ce n’était pas moi! » Car la toute jeune militante est lucide et déterminée: elle sait déjà qu’elle tourne le dos à une certaine aisance, à une vie facile. Mais elle sait également qu’elle ne peut rien faire d’autre, que toute sa vie va tourner autour de ce principe simple : «aider les enfants de mon pays»! A son retour à Maurice, elle crée l’une des toutes premières  structures dédiées à l’éducation des enfants les plus vulnérables, le CEDEM.

Ombudsperson for Children pour quatre ans

Pendant une trentaine d’années, sous tous les régimes, elle a œuvré inlassablement pour la défense des enfants. De tous les enfants! Au fil du temps, les Mauriciens ont appris à la connaître et à la reconnaître. Pour tous, elle a l’image d’une femme sincèrement et totalement dévouée à la cause qu’elle défend, une travailleuse sociale intègre et indépendante!

Rien de surprenant à ce que, sur proposition de l’ex présidente Ameenah Gurib-Fakim, elle soit finalement nommée au poste de Ombudsperson for Children (défenseur des droits des enfants).

«Ce n’est pas une nomination politique, précise Mme Venkatasamy. Je suis et j’ai toujours été libre. J’ai travaillé avec tous les gouvernements parce que mon action ne peut pas être liée à un parti. » Et si elle concède que de réels progrès ont été accomplis depuis l’indépendance, notre interlocutrice sait aussi qu’il reste encore beaucoup de chemin à faire ! «Aujourd’hui, martèle l’Ombudsperson, des enfants n’ont toujours pas accès à un logement décent, d’autres sont abusés sexuellement. Les enfants qui sont en conflit avec la société, qui ont des ennuis avec la police et la justice, sont seuls face à tous les pouvoirs. Mon rôle est aussi de les écouter, parce que personne d’autre ne les écoute! »

Rita Venkatasamy sait bien que son mandat n’a qu’une durée de quatre ans. Pour autant, elle refuse d’envisager l’avenir sans continuer à s’occuper des enfants de son pays. « De tous les enfants! », tient-elle à préciser.

Maman d’une fille adoptée

Veuve, Rita Venkatasamy a fait le choix de  l’adoption. «C’est mon plus grand bonheur, dit-elle, le regard brillant d’émotion. Je ne peux m’imaginer vivre sans ma fille. Grâce à elle je sais que l’on peut être pleinement mère sans enfanter ! » Mais parce qu’elle est libre dans ses choix, Mme Venkatasamy a choisi d’adopter une petite fille de l’Ile Rodrigues. « Notre pays bouge et les préjugés perdent peu à peu de leur force » se plaît-elle à dire. On l’espère avec vous, Madame !

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Deux femmes dans l’aventure du Cap Fémina 2018

Elizabeth Chevillon et Natalie Trabaud, deux Française vivant