La Mauritian Wildlife Foundation (MWF) est la seule organisation non-gouvernementale (ONG) à l’île Maurice exclusivement consacrée à la conservation et la protection des espèces animales et végétales en voie de disparition.  Isabelle Désiré, responsable du projet Seabird nous parle du travail accompli au niveau des espèces d’oiseaux menacées. 

Projet Seabird: Rétablir les espèces d’oiseaux menacées
Isabelle Désiré

Les oiseaux de mer sont extrêmement précieux dans le maintien de la santé des écosystèmes, en particulier sur les îles. Malheureusement, leur population diminue dans le monde entier. De nombreuses menaces les guettent, dont les prédateurs exotiques, la pollution, les pratiques de pêche non durables et le réchauffement climatique.

Parlez nous du projet de déplacement et de réinsertion des oiseaux de mer.

Le projet Seabird a débuté en 2009. Nous sommes trois personnes à travailler sur ce projet. Notre objectif est de rétablir les espèces d’oiseaux menacées sur l’île aux Aigrettes. Nous ramenons les bébés oiseaux de l’île Ronde. Ensuite, nous les nourrissons pendant environ un mois avant qu’ils prennent leur envol. Nous installons des faux oiseaux en plastique et des attractions sonores, a n que les oiseaux reviennent sur l’île aux Aigrettes. Depuis le début du projet, nous y avons réintroduit 300 oiseaux.

Quelles sont les espèces concernées?

Les espèces concernées sont le Phaéton à brins rouges (Red Tailed Tropicbird) ou plus communément appelés paille-en-queue, le Phaéton à queue blanche (White-tailed tropicbird), le Pu n fouquet (Wedge-tailed Shearwate), le Noddi brun (Common Noddy), la Sterne fuligineuse (Sooty Tern) et le Noddi marianne (Lesser Noddy).

Quelle est la situation de ces populations?

Malheureusement, la population est en diminution à l’île Maurice. Avec le nombre grandissant de pêcheurs qui opèrent dans nos lagons, il n’y a pas assez de poissons pour qu’ils se nourrissent. Du coup, les oiseaux de mer doivent aller plus loin au large

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Vikash Tatayah : « L’abattage des chauves-souris est inutile »

En décembre dernier, pour la deuxième année consécutive,