18.5 C
Île Maurice
mardi, août 9, 2022

Reef Conservation : trois angles de vue pour une même mission écologique

Reef Conservation : trois angles de vue pour une même mission écologique

Depuis presque deux décennies, l’ONG mauricienne Reef Conservation (RC) agit pour la protection et la restauration de l’environnement côtier et marin de l’île. Autour des trois piliers fondamentaux que sont la recherche, l’éducation et la sensibilisation, l’association continue de mobiliser une population locale toujours plus encline à corriger ses pratiques quotidiennes en faveur d’un développement durable.

Sur le site de Cap Malheureux-Anse la Raie, se trouve une Zone Marine Volontaire de Conservation, dans laquelle la pêche, la navigation de plaisance, le ramassage des coraux sont interdits. Les samedis 14 et 28 mai derniers, cette Ecozone a accueilli les premiers Family Ecodays, invitant les membres de la communauté locale à devenir les ambassadeurs du changement, via un programme de ramassage et tri des déchets, de rencontres et discussions avec les experts de RC, de formation-terrain à la transition écologique.

Parce que la recherche, l’éducation et la sensibilisation forment un trinôme indissociable dans l’efficience de chaque mission de l’ONG, nous avons souhaité rencontrer les représentants desdits domaines pour mieux comprendre leurs fonctions.

François Baguette, responsable des projets de recherche de RC

« Dans le cadre du catastrophique réchauffement climatique, mon équipe surveille et évalue mensuellement l’état du récif coralien. En vue de sensibiliser populations locales, pêcheurs, entreprises hôtelières et touristiques (et leurs clients) aux conséquences de leurs actes, nous mettons en place des opérations de protection et conservation de la biodiversité marine, pour que chacun devienne ensuite le meilleur messager au sein de sa communauté. Des sentiers pédagogiques sous-marins, par exemple, délimitent les zones de fréquentation, expliquent la faune et la flore aquatiques, empêchent les plongeurs de fouler ou prélever le corail, etc. »

Ismaël Ramjaun, éducateur pour Bislamer, l’un des projets de RC

« Dans notre camion, le bis lamer, équipé d’outils ludiques et pédagogiques (microscope, maquettes 3D, tablettes tactiles, etc.), nous sillonnons l’île à la rencontre des écoles, des pêcheurs et opérateurs touristiques, des familles et du grand public. De manière interactive, nous les intéressons à la santé des écosystèmes, et les incitons à nettoyer avec nous la mangrove, les littoraux… L’objectif est de faire des habitants des ambassadeurs, des initiateurs de bonnes pratiques chez eux. Le message passe, l’impact est positif, l’engagement des participants total ! Depuis toujours, la plongée est ma passion, mais jamais personne n’a éduqué chez moi ses aspects écologiques, je souhaite aujourd’hui donner aux autres la chance que je n’ai pas eue ! »

Marie-Anne Grein, habitante de Cap Malheureux, ancienne directrice d’école, présidente active du groupement volontaire de la commune

« La mangrove, avant, on la coupait ! Aujourd’hui, on en prend soin, car notre environnement est notre maison ! Tout le monde ici le sait. Au cœur de la communauté, je poursuis le travail d’Ismaël, dans une relation de confiance avec les habitants : quand les résultats sont là, les gens constatent et en parlent ! Quant aux enfants, ils veulent agir concrètement, pas en restant assis à regarder un diaporama ! Cette éducation environnementale est précieuse, parce qu’elle est aussi sociale ! »

https://www.reefconservation.mu

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

SUIVEZ-NOUS

20,494FansJ'aime
468SuiveursSuivre
426SuiveursSuivre
186AbonnésS'abonner

PUB

- Advertisement -spot_img

DERNIERS ARTICLES