Anne Murielle Ravina est quelqu’un que l’on ne présente plus. Car le monde entier avait le regard braqué sur elle, comme sur les autres prétendantes à la couronne de Miss World 2018. Cette jeune rodriguaise au cœur pur et simple avait réalisé un parcours impeccable, et même si elle s’est inclinée face à la Miss Ouganda, elle a fait la fierté de Maurice. Plus spécialement son île natale, Rodrigues qui a brillé de mille feux à travers sa prestation. 

A travers sa couronne de Miss World Mauritius, Anne Murielle confie que son pays a été mis en avant plan.

« Je devais faire la promotion de Maurice et la personne restait en second plan. Je confesse qu’à un certain moment, je me suis sentie comme étant une figurante parmi toutes ces filles très sophistiquées avec de très belles robes, qui étaient beaucoup mieux encadrées par leurs pays. La plus sage des décisions était de rester moi-même, simple et souriante. Et la battante que je suis a fait que ma passion pour le monde de la beauté et l’encouragement du public en général m’ont redonné confiance.»

Lors du « Head to head challenge », Anne Murielle a été beaucoup plus confiante dans ses capacités. « C’est à ce moment-là que tout s’est joué. Je me suis exprimée avec le cœur, beaucoup de passion et d’enthousiasme. » C’est grâce au concours de Miss University en 2017 qu’elle a pu acquérir cette bonne présence sur scène et l’éloquence devant un large public. Après avoir remporté ce passage, la belle Rodriguaise a été parmi les premières participantes de cette année à rejoindre la liste des Top 30. Par la suite, son parcours a été tout aussi brillant. Que ce soit dans la présentation des costumes nationaux ou dans l’épreuve des talents, Anne Murielle Ravina n’a pas cessé d’impressionner le public et le jury jusqu’à accéder au Top 12. « Cette performance était pour moi comme un booster. Sans pour autant changer ma personnalité. Je suis restée toujours aussi humble. »

Elue Miss Rodrigues en 2012

Anne Murielle reconnait qu’elle a fait un si beau parcours grâce à une préparation de longue date, sans même sans rendre compte.
« J’ai démarré en 2011 avec le concours de Miss Marmite, puis Miss Ebony pour être élue miss Rodrigues 2012. Chaque concours m’a permis de mieux découvrir le monde du mannequinat et aussi consolider ma confiance en mes capacités et talents. »

Même si elle avait acquis pas mal d’expériences, Anne Murielle ne cache pas qu’elle est consciente que son projet était mal ficelé.

« Je me suis attardée sur l’hygiène à l’école pré-primaire. En écoutant les autres prétendantes, j’ai compris comment le projet devait être. Les autres filles avaient bénéficié du support de leur pays, étaient bien préparées et accompagnées par la presse. Je pense que ce support est aussi important.»

On connait tous la Miss World Mauritius, mais très peu connaissent Anne Murielle. « Je suis très traditionnelle. J’évolue avec la mode oui, mais je fais la balance entre le passé et le présent. J’adore le sega tambour et dès que j’entends cette musique, je dois impérativement esquiver quelques pas de danse. »  Son plat favori reste « les haricots rouges, maïs, salade ourite et ce que je préfère par-dessus tout, c’est le ‘bingue frir’ »

Désormais ambassadrice de Rodrigues

Nommée Ambassadrice de Rodrigues, Anne Murielle, travaillera en étroite collaboration avec l’office du Tourisme. « Actuellement le calendrier de travail n’est pas encore prêt. Mais je dois dire que je fais la promotion de Rodrigues depuis 2012. Même pendant le concours de Miss World, j’ai beaucoup été questionnée sur la géographie de l’ile, notre culture entre autres. »

Entre temps, la Miss World Mauritius se consacre à son agence de mannequinat. Baptisée Star Agency, l’agence veille au développement artistique et social des jeunes et compte élargir ses projets.

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Christophe Curé: d’Atlanta à Riche en Eau

Le regard toujours mobile, un éternel sourire aux