21.4 C
Île Maurice
mercredi, octobre 20, 2021

Le seigneur des mers

L’émissaire de Louis XVI est manquant depuis trop longtemps, un certain Jean-François de Galaup, comte de La Pérouse. Lui qui avait été nommé pour parcourir le monde dans le sillon de Bougainville et à présent porté disparu. Deux frégates quittent la rade de Brest en 1791. Les recherches commencent. 

Depuis 1772 à l’île de France, La Pérouse vit la parfaite idylle avec Éléonore Broudou au cœur d’un lieu prémonitoire pour un marin : Eau Coulée.

Pourtant, le Comte doit partir. Les combats reprennent durant la guerre d’indépendance. Il vogue jusqu’aux rives américaines et livre bataille contre les bâtiments britanniques.

Louis XVI, outre sa passion pour la serrurerie, est un fervent admirateur de James Cook. Et il souhaite mener pareilles expéditions. Il réclame un périple autour du monde de quatre ans. Pour se faire, le ministre de la Marine et le Roi jettent leur dévolu sur le fameux comte bourlingueur. Celui qui a tant fait tonner les canons pour le pavillon français.

Le choix effectué, le départ pour la gloire débute en août 1785. Ainsi La Boussole et L’Astrolabe fendent les vagues avec plus de deux cents hommes à bord…et ne reviendront pas.

Au-delà des contrées connues, les découvertes s’enchaînent telles que la cartographie du nord-ouest des États-Unis ou le passage entre les îles d’Hokkaidō et Sakhaline. Les savants, à l’aide de questions de l’Académie des Sciences, tentent de trouver des réponses et les artistes, eux, peignent ces décors de Nouveaux Mondes.

Bientôt, un ordre parvient au Comte. Il est impératif de quitter le nord du Pacifique pour fondre sur les Anglais proches des côtes australiennes. En toute hâte les instructions sont données et les voiles gonflent d’orgueil. Cap au Sud.

Toutefois, à l’approche des îles Salomon en pleine tempête, le fracas de la proue sur les coraux est inévitable. Les deux cents passagers sont aspirés par l’océan et les vagues ne recracheront que des carcasses.

La Pérouse périt, échoué sur les récifs de l’île de Vanikoro vers juin 1788. Et si par chance des survivants atteignent la rive de ce confetti perdu dans le pacifique, ils sont massacrés par les indigènes apeurés par ces créatures blanches échappées des mers.

Dès 1791, le Roi dépêche une mission de recherche. En vain. Pire, la Révolution foudroie les têtes couronnées et envoie Louis XVI à la guillotine en janvier 1793. Alors que la mort le guette de sa faux, ses derniers mots sont en direction du comte : « A-t-on des nouvelles de Monsieur de La Pérouse ? ».

Les retrouvailles se feront quelques minutes plus tard, bien loin des flots, mais proche des cieux.

Vous voulez en savoir plus :

Découvrez à Eau Coulée, deux stèles remémorant la présence de ce grand marin du XVIIIe siècle. Sinon, partez dans les mers du sud poursuivre le « mystère La Pérouse » où des passionnés recherchent les objets de l’épave de La Boussole localisée en 1962.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

SUIVEZ-NOUS

20,494FansJ'aime
468SuiveursSuivre
401SuiveursSuivre
186AbonnésS'abonner

PUB

- Advertisement -spot_img

DERNIERS ARTICLES