Dans un contexte économique et social où l’on attend que chacun donne plus de résultats dans des délais plus courts, les gens se tournent de plus en plus vers des activités de bien-être pour atténuer leur niveau de stress croissant et leur santé détériorée. Si l’Economie mondiale a montré des signes de burn-out, le secteur du bien-être apparaît comme un opportuniste heureux. Zoom sur ce domaine d’activité qui se dessine un solide avenir à l’île Maurice.

Au début des années 2000, les spas étaient quasi inexistants à l’île Maurice. Certes, les  « centres de massage » faisant déjà partie du paysage, mais il s’agissait surtout d’instituts de beauté qui s’intéressaient plus à l’aspect esthétique qu’à celui du bien-être. « Il y a 10 ans, il y avait très peu de spas à Maurice, quelques centres de massage, mais quasi aucun spa a proprement dit, à part dans les hôtels haut de gamme. Aujourd’hui, presque tous les hôtels ont un spa, quelle que que soit leur catégorie, car il y a une attente de la clientèle. Et, il y a beaucoup de spas de ville qui n’existaient pas il y a 10 ans. L’évolution a été très vite, accélérée par un savoir-faire quasi inné et l’évolution mondiale du marché du bien-être », avance Hélène Cassan, conceptrice et directrice de Seven Colours Wellness Experiences.

En effet, nous constatons une tendance mondiale de la recherche du bien-être qui ne cesse de s’accroître. En analysant les chiffres, nous pouvons dire que c’est un secteur qui affiche une progression fulgurante depuis une décennie. Ainsi, en 2015, le marché du bien-être représentait une économie mondiale de 3,7 trillions de dollars américains, dont $ 99 milliards provenant des spas. A la même période, l’île Maurice comptait 105 spas avec des revenus de l’ordre de $ 48,2 millions soit plus de 1,7 milliard de roupies, selon le rapport Global Wellness Economy Monitor de janvier 2017.

Notre analyse est fondée sur ce rapport mondial, car les spas ne sont pas régis par une autorité définie à l’île Maurice, sauf pour les établissements hôteliers qui ont besoin d’acquérir un permis de la Tourism Auhtority. De ce fait, la valeur réelle de ce segment de l’économie est, vraisemblablement, bien plus élevée que le chiffre annoncé ici.

Maritim Tropical Flower Spa
©Maritim Tropical Flower Spa

Pourquoi un tel engouement ? 

« Ce secteur est en plein essor à travers le monde, car les gens sont de plus en plus speed, angoissés, tendus. Ils ont moins de temps pour eux. Donc, pour le peu de temps qu’ils se consacrent, ils font appel aux spas et ils espèrent avoir un moment privilégié, unique, fait pour eux. C’est dû à la modernisation du monde. La parenthèse de bien-être est indispensable. Ce n’est pas que du spa plaisir, maintenant les clients sont dans une démarche du spa besoin »,  répond David Cieslik, directeur adjoint du centre de formation Santayarea Ile Maurice, qui ouvre ses portes au public en septembre prochain (lire son interview ici).

Ce « besoin » a créé de nouveaux types d’entreprises donnant plus facilement accès aux services de bien-être. Notre pays n’a pas tardé à suivre la tendance, notamment avec la création de MariDeal.mu, la référence sur l’île Maurice, en matière de réservation en ligne dans le secteur de l’hôtellerie, de la détente et du bien-être. « La société mauricienne connaît un changement dans le comportement, prône de plus en plus l’hédonisme en recherchant le bien-être, se faire plaisir, se détendre. Nous avons, d’ailleurs, vu le nombre de spas augmenter considérablement ces dernières années », dit Karuna Seegoolam, Beauty & Spa Business Developer chez Marideal.mu.

Marideal.mu compte environ une soixantaine de spas sur le site, incluant les instituts de beauté les plus prisés de l’île. Pour la page de Beauty & Spa, nous avons plus de 150  000 visites par mois et nous avons en moyenne environ 3 500 réservations pour la période creuse, un chiffre qui en dit long sur la popularité des spas qui gagnent de plus en plus du terrain. – Karuna Seegoolam, Beauty & Spa Business Developer chez Marideal.mu

Selon elle, les clients du spa ne se satisfont plus d’une simple session de massage de 30 minutes, mais préfèrent des soins de longue durée. « Nous vivons dans un environnement dit ‘Busy Lifestyle’, et les gens ont besoin de ces traitements pour se ressourcer et faire le vide. Sur MariDeal, 1 client sur 3 réserve un spa, ce qui nous permet d’affirmer que le spa est en plein essor, et attire non seulement des adultes, des « young adults » mais aussi des adolescentes. De plus, les instituts offrent un éventail de traitement permettant de nous relaxer, que soit des massages balinais, la réflexologie, l’aromathérapie, ou encore des méthodes plus attirantes les unes que les autres. Pour la petite histoire, le premier MariDeal vendu était un massage. »

Ainsi, il est juste de dire que le secteur du bien-être connaît une belle croissance et pour reprendre l’expression  des experts du secteur, « c’est un marché très porteur » avec un solide avenir devant lui.

Spa Beachcomber
© Beachcomber
Spa Beachcomber
© Beachcomber

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Tuning et personnalisation: Etre unique à tout prix

L’imitation du voisin, du collègue ou de la