Créé en 1985 par Christine et Owen Griffith, ce parc animalier fut l’un des tous premiers établissements écotouristiques de l’île et, longtemps, l’une des rares attractions d’une région délaissée. Trente-cinq ans plus tard, La Vanille Nature Park est une étape importante où touristes et Mauriciens découvrent de véritables trésors naturels. Et pour garder son rang, le parc s’enrichit régulièrement de nouvelles collections et de nouvelles activités… 

Pendant longtemps, on venait à La Vanille seulement pour les crocodiles du Nil que l’on y élèvait. Les sauriens sont toujours présents et font toujours sensation! Répartis dans divers bassins, ils engloutissent, à heures fixes, de belles quantités de carcasses de poulet, dans le claquement terrifiant de leurs puissantes mâchoires… Heureusement, dans la nurserie, les jeunes crocos sont plus sympathiques… et l’on peut même les prendre dans les bras, pour une photo-souvenir.

Régulièrement, le parc s’est donc enrichi. D’abord, par l’arrivée d’autres pensionnaires. Les tortues étoilées de Madagascar et leurs cousines géantes des Seychelles font ainsi partie des premiers animaux terrestres accueillis par le parc. D’autres suivront, comme les cerfs et les sangliers (cochons marrons), les mangoustes, les singes et les chauve-souris, de l’espèce des roussettes de Rodrigues, les geckos de l’Ile Ronde…

Au cours des dernières années, les lémuriens de Madagascar sont vite devenus les chouchoux du public. En petit groupe de cinq visiteurs, pour ne pas les effrayer, on peut même entrer dans leur enclos, les caresser, les nourrir (sous la supervision d’un guide qui connaît bien les animaux).

Les câteaux vertes prêtées par l’Etat mauricien

L’arrivée récente de quelques grosses câteaux vertes a également marqué les esprits. Ce perroquet endémique à Maurice (le dernier encore présent sur l’île) a bien failli disparaître. Au milieu des années 90, on ne recensait en effet qu’une soixantaine d’individus. Un ambitieux programme de sauvetage a alors été entrepris, au début des années 2000, par la Mauritius Wildlife Foundation, en partenariat avec le Mauritius Forestry service  (service national des forêts) et le National Park and Conservation Service (service des parcs nationaux et de la conservation). En 2017, les estimations des scientifiques évaluaient à 700 le nombre de grosses câteaux vertes vivant librement à Maurice! Malgré ce succès spectaculaire, l’espèce n’est toujours pas à l’abri… un cyclone plus fort que les autres ou une épidémie pourraient encore menacer l’espèce.

Les grosses câteaux vertes présentées à LaVanille Nature Park sont des individus ayant été en contact trop étroit avec l’homme pour pouvoir vivre en pleine nature. Ces oiseaux, strictement protégés, ont été prêtés au parc par l’Etat mauricien.

L’aménagement d’une petite ferme éducative, avec ses chèvres, moutons et ânes, oies, canards et dindons, constitue également une animation trés appréciée. Là les visiteurs sont en contact direct avec les animaux : les enfants peuvent y nourrir les lapins ou les poules, caresser les chèvres, etc…

Une formidable occasion d’apprendre de nouvelles choses

Car l’une des particularités de La Vanille Nature Park, c’est justement de favoriser les interactions entre les visiteurs (et, d’abord, les plus jeunes d’entre eux) et les animaux. Dans ce registre, la rencontre avec Octar, l’iguane, et les balades à dos de poney figurent parmi les expériences les plus appréciées.

Mais la visite à La Vanille Nature Park est aussi une formidable occasion d’apprendre de nouvelles choses… Notamment sur les insectes. L’insectarium, qui regroupe la collection patiemment acumulée par Jacques Siedlecki, ne comporte pas moins de 26 000 espèces différentes d’insectes, dont une incroyable variété de papillons.

Le musée des fossiles, baptisé “100 millions d’années sous la mer” présente une étonnante variété d’ammonites de Madagascar datant d’avant la disparition des dinosaures (au moins 65 millions d’années!). Une vaste fresque murale dépeint d’ailleurs l’environnement dans lequel ces animaux préhistoriques évoluaient… Le musée contient également une section consacrée aux animaux marins de Maurice, dont une impressionnante collection d’os de baleines !

Enfin, il y a peu, le parc ouvrait un espace consacré à l’oiseau disparu le plus emblématique de Maurice : le dodo.

Le parc a en effet acheté des os du célèbre volatile et les expose dans une belle salle. Expédiés en Grande Bretagne en 1860, ces ossements sont donc restés loin de Maurice pendant plus de 150 ans… Ils faisaient partie de la collection Thirioux, du nom d’un naturaliste amateur du XIXIème siècle, barbier à Port-Louis, qui passait tous ces loisirs à la recherche des vestiges du dodo… Les os présents à La Vanille proviennent tous du gisement de Mare aux songes.

Assumant sa vocation pédagogique, le parc ne se contente pas de présenter la reconstitution du squelette du dodo… Il délivre des informations sur l’environnement dans lequel il vivait. Il recrée, en quelque sorte, Le monde perdu du dodo… c’est justement le nom de ce nouveau musée !

La végétation aussi…

Si la réputation de La Vanille Nature Park s’est faite autour de ses animaux, la végétation y tient également un rôle important. Naturaliste impliqué dans de nombreux programmes de préservation de la biodiversité de notre île, Owen Griffiths a aussi tenu à ce que son parc soit également un outil de découverte de la végétation locale. Les plantes invasives ont naturellement étaient bannies de l’ensemble du parc et un “Chemin de la nature” permet de découvrir une végétation où se mêlent plantes endémiques rares et espèces indigènes. La promenade sur ce sentier ombragé constitue un moment précieux de détente et de relaxation, tout en s’adonnant au plaisir de la découverte de plantes parfois exceptionnelles.

Le restaurant “Le crocodile affamé”

Surplombant le parc, “Le crocodile affamé” peut accueillir environ 120 convives. Si l’on trouve, au menu, quelques classiques de la tradition gastronomique mauricienne, comme la salade de palmiste au marlin fumé ou le carry de cerf, ainsi que des snacks rapides (burgers, paninis ou croque-monsieurs), la carte comporte également quelques plats à base de viande de crocodile! Fine et peu grasse, cette chair se révèle étonnamment savoureuse…

900 à 1000 naissances par an !

Compte-tenu de la diversité des espèces concernées et du nombre d’animaux présents dans le parc, les naissances ne sont pas rares… En fait, il naît entre 900 et 1000 animaux par an à La Vanille Nature Parc. Les visiteurs qui choisissent d’assister à ces événements peuvent ainsi être les spectateurs privilégiés de l’éclosion des oeufs de tortue ou de crocodile…Rien de plus touchant, en effet, que de voir un bébé crocodile, si mignon (même si l’on sait bien qu’il deviendra vite un redoutable prédateur), s’extraire de la coquille qui l’emprisonnait…

Un “Family Pass” pour les Mauriciens et les résidents

Afin de bénéficier de tarifs réduits sur l’entrée et la plupart des activités proposées, vous pouvez demander un “Family Pass”. Vous deviendrez alors membre de la communauté des amis du parc et serez régulièrement informé de l’actualité de La Vanille Nature Park, de ses nouvelles animations et des promotions…

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

World of Seashells pour tout savoir sur les coquillages

Dans le Sud de Maurice, à Bel Ombre,