Notre escapade du mois nous amène au Jardin de Pamplemousses. Rebaptisé Sir Seewoosagur Ramgoolam Botanic Garden, en mémoire de l’ancien Premier ministre mauricien du même nom, ce jardin si représentatif de la biodiversité de l’île offre depuis sa création un joli voyage dans le royaume végétal…

Le don d’une plante utile me paraît plus précieux que la découverte d’une mine d’or et un monument plus durable qu’une pyramide », disait Bernardin de Saint-Pierre, dont la citation trône dans l’avenue Labourdonnais, au jardin de Pamplemousses. Son créateur avait parfaitement raison. D’une superficie de 37,5 hectares, ce magnifique jardin botanique dont la renommée internationale n’est plus à faire, existe depuis 1767.

Jardin de Pamplemousses : Voyage dans le royaume végétal

A son origine, un homme : Pierre Poivre. Intendant des Isle de France et de Bourbon et botaniste, il y planta divers légumes, fruits, fleurs et épices provenant du monde entier. Devenue l’une des attractions phares de l’île Maurice, le SSR Botanic Garden offre aux visiteurs une riche collection de plantes exotiques et endémiques.

C’est accompagné d’un guide passionné que nous ferons la visite de ce site incontournable de l’île Maurice. Le parc s’ouvre aux visiteurs grâce à une imposante et magnifique grille en fer forgé peinte en blanc, venant du Crystal Palace à Londres et qui remporta le premier prix de l’exposition coloniale d’Oxford en 1862.

Créé sous la colonisation française, le SSR Botanic Garden est un des plus anciens de l’hémisphère sud. Pour la petite histoire, c’est le gouverneur français Mahé de Labourdonnais qui avait choisi cet emplacement près de l’entrée principale de Pamplemousse pour y créer le domaine « Mon plaisir ». Notrre guide nous apprend également que le jardin a reçu la visite de plusieurs grandes personnalités, dont certains ont laissé leurs traces en y plantant un arbre, comme François Mitterrand, Nelson Mandela ou Indira Gandhi.

Jardin de Pamplemousses : Voyage dans le royaume végétal

 

Impressionnante collection de plantes

Devenu rapidement un site d’essai et d’acclimatation pour différentes espèces de végétations importées du monde entier, ce magnifique jardin possède une impressionnante collection de plantes exotique et endémique dont on s’attache de conserver le patrimoine génétique. Des espaces sont consacrés aux plantes médicinales et indigènes, aux épices, aux fougères et aux orchidées.  Nous dénombrons près d’une centaine de variétés de palmiers, aux noms parfois imagés, selon notre guide: palmier-bouteille, palmier aux pattes d’éléphant ou palmier-crocodile, pour n’en citer que ceux-là. Originaires de toutes les parties du monde : océan Indien, mais aussi d’Afrique, d’Asie et d’Amérique Centrale, ces palmiers royaux aux troncs droits se dressent sur l’avenue transversale Pierre Poivre.

 

Le palmier talipot : l’arbre phare du jardin

Parmi les différentes espèces de palmiers, se trouve le palmier talipot aux feuilles immenses. Situé à la croisée des avenues Telfair et Cossigny, le palmier talipot est particulièrement unique en son genre. En effet, l’arbre peut atteindre une hauteur de 6 à 8 mètres. Le talipot a surtout la particularité de fleurir qu’une seule fois dans sa vie et a une durée de vie entre 30 à 80 ans. Son impressionnante inflorescence peut atteindre jusqu’à cinq mètres de haut et peuvent y être dénombrées des millions de fleurs. Après sa floraison, le palmier talipot meurt dans les 15 à 18 prochains mois.

Jardin de Pamplemousses : Voyage dans le royaume végétal

La visite au cœur de cet endroit époustouflant se poursuit avec la découverte des plantes aquatiques, notamment le fameux bassin des nénuphars géants. Rendu célèbre grâce aux photos illustrant l’île Maurice, ce bassin héberge des nénuphars d’Amazonie, « Victoria amazonica », pouvant atteindre jusqu’à 1m50 de diamètre. Selon l’anecdote du guide,  «on peut y déposer un bébé de 10 kilos » … La floraison des nénuphars ne dure que 24 heures. En une seule journée, la fleur de nénuphar passe du blanc le matin, au rose l’après-midi, pour s’éteindre en mauve le soir, dit-on.

Juste à côté, se trouve le bassin aux lotus dont le lotus sacré (Nelumbo nucifera). Dans ce bassin végétal, apaisant et rafraîchissant, le promeneur peut faire connaissance avec des lotus blancs composés de feuilles hydrophobes, « comme du caoutchouc », souligne notre guide. Dans cette même plan d’eau s‘épanouissent des nymphéas géants aux couleurs multiples.

Jardin de Pamplemousses : Voyage dans le royaume végétal

 

Des trésors inestimables

Notre balade nous mène, ensuite, à la section dédiée aux épices. Pierre Poivre y introduisit la noix de muscade, le girofle, le poivre, le quatre-épices, la canelle, le gingembre ou encore le camphre, dont nous avons d’ailleurs l’occasion de sentir leurs effluves. Au détour de la promenade, nous faisons également connaissance avec de nombreuses espèces rares : l’acajou, l’arbre au bois rouge, le teck, l’ébène, le balsa, les dattiers, mangoustans, manguiers, badaniers ou lataniers…

Autant d’arbres et de plantes aux trésors inestimables, contribuant à la beauté du jardin. Le site recèle également d’autres espèces très rares et de plantes ou d’arbres ornementaux, comme les flamboyants, les trochétias, les banyans, vacoas, arbres à orchidées et à pains. Le jardin, c’est aussi  une petite forêt de bambous, d’un immense acacia de 500 ans, d’un figuier centenaire, des baobabs majestueux dont un imposant qui se trouve juste à l’entrée du parc.

Aussi surprenant qu’il puisse être par la diversité de sa flore, il l’est un peu moins pour sa faune. Tortues géantes, oiseaux poissons et cerfs de Java, autrefois très présents, ont quelque peu déserté le parc. Et, par le passé, certaines tortues ont malheureusement été la cible des voleurs.

Jardin de Pamplemousses : Voyage dans le royaume végétal

 

Le château Mont Plaisir décrété monument historique

Notons également que l’immense jardin abrite le château de Mont Plaisir, décrété monument historique en 1952. Construit en 1823 par le Général Darling afin d’y loger le surintendant du jardin, cette demeure coloniale, a connu différents propriétaires dont Adrien d’Epinay qui en fit l’acquisition en 1836. Il semblerait que le château fut érigé au même endroit que l’ancienne demeure du Gouverneur Labourdonnais, construite en 1735 et nommée Mon Plaisir.

Le SSR Botanic Garden demeure pour les visiteurs de passage comme pour Mauriciens un lieu de promenade, un fleuron botanique qui mérite de retrouver ses lettres de noblesse d’autrefois.

 

SSR Botanic Garden Pamplemousses

Ouvert tous les jours, de 8h30 à 17h30, y compris les jours fériés. Un service de guide est disponible (service payant). La visite complète dure environ 1h. Tél : (230) 243 9401 – Email : ssrbg@intnet.mu

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

World of Seashells pour tout savoir sur les coquillages

Dans le Sud de Maurice, à Bel Ombre,