mardi, mai 18, 2021

« Je ne supporte pas l’injustice »

Conseillère régionale déléguée aux Transports et au Schéma d’aménagement régional, Fabienne Couapel-Sauret est aussi une militante dans la défense des droits des femmes. Rencontre. – Stéphane Guillebaud

A la lecture de sa carte de visite, on pourrait croire que Fabienne Couapel-Sauret est une femme pressée. Conseillère régionale déléguée aux transports, aux déplacements, à l’intermodalité, au RunRail et au Schéma d’aménagement du territoire, la densité des responsabilités affichées excuserait facilement quelques contraintes d’agenda.

Il n’en est rien. En tout cas, l’élue de la Région Réunion n’en a rien laissé paraître lorsqu’elle nous a reçus, pour un entretien de plus d’une heure trente, dans les locaux de la SPL Maraina qu’elle préside, bras armé de l’institution, pilotant depuis son siège de Saint-Paul, plus d’une centaine de chantiers d’aménagement, des lycées aux CFA, en passant par les bassins de baignade ou les pistes cyclables. « J’ai des collaborateurs compétents et je m’organise » justifiera l’élue.

Fabienne Couapel-Sauret a tout de même choisi de mettre entre parenthèse son métier d’avocate. « Simple question de logique. J’admire les gens qui arrivent à cumuler un métier à plein temps et une fonction d’élu à plein temps. Moi, je ne sais pas me couper en morceaux ». Les cumulards se reconnaîtront.

Les premiers états généraux des droits des femmes

Pas question en revanche pour l’élue d’abandonner son engagement militant dans la défense des droits des femmes. « Cela a toujours été une évidence à mes yeux. C’est une des raisons qui m’ont conduite à devenir avocate. Pour que les femmes obtiennent des droits et pour que leurs droits s’appliquent vraiment ».

Enfant d’une famille patriarcale de quatre filles et un garçon, élevée un pied à La Réunion, l’autre en métropole, Fabienne Couapel-Sauret a rejoint, vers la fin des années 2000, le monde associatif local. En 2009, l’avocate a été désignée par le préfet de l’époque comme rapporteur de la commission des Outre-Mer. Femme de conviction, Fabienne Couapel-Sauret, qui ne manie pas vraiment la langue de bois, n’a pas manqué l’occasion de mettre les pieds dans le plat. « Je me suis simplement étonnée qu’il n’y ait que 5 femmes dans la commission ».

Fondatrice de l’association « Femmes974 » dont elle a quitté la présidence en 2010 au moment de son élection à la Région Réunion, l’élue fut l’un des piliers des Etats Généraux des droits des femmes, organisés en 2010.

« Nous avions distingué trois volets de réflexion : La vulnérabilité, les femmes de talent, le poids des religions et des traditions. Certaines mesures du rapport que nous avons remis à la ministre ont été retenues ».

Neuf ans plus tard, Fabienne Couapel-Sauret se réjouit que « les lignes aient bougé en faveur des droits des femmes. Notamment en matière d’inégalités salariales et de comportements inappropriés. Parallèlement, la parole se libère. Cela va dans le bon sens mais le chemin reste encore long. Il ne s’agit pas de baisser la garde ».

Mieux informer et travailler ensemble

L’impulsion d’un nouveau mode de gouvernance politique constitue l’autre cheval de bataille de Fabienne Couapel-Sauret. Celle qui fut à l’origine d’une association visant à « Réagir contre le gaspillage de l’argent public » s’évertue à appliquer au mandat qui lui a été confié, les valeurs qu’elle défend. « Le premier niveau d’exigence à mes yeux, c’est l’exemplarité. Le second, c’est le contrôle de l’utilisation de l’argent, le troisième c’est l’information et la prise en compte de l’avis de la population, particulièrement sur les sujets clivants. Je dis bien donner de l’information et non pas faire de la communication ».

Et l’élue de citer en exemple la consultation engagée dans le cadre du projet de tramway réunionnais RunRail.

« Nous ne nous étions pas seulement engagés à faire une consultation en saisissant la Commission du Débat Public, mais aussi à partager une restitution de la concertation. C’est-à-dire à agir en toute transparente. Et conformément aux souhaits de la population, nous allons poursuivre la concertation quartier par quartier, au fil de l’avancement du dossier ».

Autre dossier sensible et clivant, celui des Cars Jaunes dont la Région a repris la délégation au Département en 2017. La question de la gratuité divise aujourd’hui tant au sein de la population que de l’hémicycle. « Sur ce sujet, nous restons neutres pour l’instant. Il nous faut d’abord informer et consulter. Travailler ensemble tout simplement ». En attendant, 13 bus supplémentaires ont été mis en service le 24 novembre. 1 200 places quotidiennes supplémentaires en réponse à une doléance ancienne et forte des Réunionnais…

DES OUTILS DE CONTRÔLE

Déléguée aux transports, Présidente de la SPL Maraina, Fabienne Couapel-Sauret siège également à la Commission Nationale d’Evaluation des Normes (CNEN) dont elle est la seule représentante de l’Outre-Mer. Une instance peu connue du grand public, chargée d’étudier l’impact des nouvelles règlementations sur le fonctionnement des collectivités et de remettre des avis opposables au gouvernement.

L’élue réunionnaise préside également l’AGORAH, bureau d’expertise et d’étude, véritable outil d’aide à la décision pour la Région Réunion sur la plupart des grands projets d’aménagement.

Related Articles

1 COMMENTAIRE

  1. Mettre en () son métier d’avocate mais bien sûr … on n’a pas de bons souvenirs d’elle à Béziers . comment fait elle pour cumuler tous ces mandats sociaux et électoraux ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Restez connecté

21,963FansJ'aime
2,769SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

PUB

- Advertisement -

DERNIERS ARTICLES