10Tous les week-ends, à Mont-Roches, près du cimetière de Saint-Martin, un groupe de passionnés se donne rendez-vous dans un terrain soigneusement défriché. Là, à l’écart de toute habitation, ils font décoller et voltiger toutes sortes d’avions, d’hélicoptères, de drones… et même d’animaux marins…

Le sourire facile, Cyril Belcourt est l’un des vénérables sages de cette étrange communauté. Depuis 1973, il est membre du seul club d’aéromodélisme de l’île, le CMR (Club de modèles réduits). « Depuis l’enfance, explique ce sympathique sexagénaire, j’ai toujours été passionné par les choses de l’aviation… et le modèle réduit a été la façon la plus simple, et la moins coûteuse, de piloter. » Mais cet ancien comptable ne va pas en rester là. A La Réunion, il apprendra à piloter des ULM (Ultra-légers motorisés), avant de passer son brevet de pilote d’avion privé. En 1995, il convaincra quatorze amis et, ensemble, ils achèteront un avion, à bord duquel ils voleront tous les week-ends, dans le ciel de Maurice, pendant une dizaine d’années. Il a ensuite été pilote d’ULM pour une compagnie installée dans le nord de l’île, et spécialisée dans l’initiation au parachutisme. Pilote de « vrais avions », Cyril est aussi un expert que les autres membres du club viennent consulter en cas de problème.

Repeint aux couleurs de la Suisse, le Sukhoï de Nila est particulièrement impressionnant.

Non loin de là, son ami Nila prépare un jet aux couleurs de la patrouille acrobatique suisse… Un vrai jet! Equipé d’un authentique réacteur! Il s’agit d’un intercepteur russe, le Sukhoï 27… qui ne vole pas en Suisse, mais Nila a voulu ainsi rendre hommage à sa patrie. Dans un vrombissement du meilleur réalisme, le chasseur rouge et blanc s’élance dans les airs. Obéissant docilement aux instructions de la télécommande que manie son pilote, l’appareil part en chandelle, semble s’immobiliser un instant, avant de partir en vrilles, puis d’effectuer un passage en rase motte. Pendant dix minutes, il va ainsi enchaîner boucles et tonneaux. Contrairement à son vieux complice, Nila, n’a jamais piloté d’avion ou d’ULM, mais sa dextérité est impressionnante. Elle est le résultat de milliers d’heures passées à diriger, ainsi, à distance, toutes sortes d’objets volants.

Une raie dans le ciel

Pour le vol suivant, il prépare un aéronef bien différent du jet russe: une raie. Une raie Pastenague tachetée, comme les plongeurs ont souvent la chance d’en croiser dans nos eaux… Là, pas de réacteur, mais un discret petit moteur électrique. Ce sera, de toute façon, bien suffisant: la bête est construite en Depron, une matière proche du polystyrène. Dans le ciel de Mont-Roches ondule maintenant une superbe créature marine !

Enfin, Nila fait décoller une aile volante. C’est un modèle historique. Dans l’Allemagne nazie en pleine débâcle, en 1945, les ingénieurs du Reich étaient sur le point de lancer dans la bataille, un biréacteur qui aurait pu inverser le cours de la guerre… C’est l’aile volante des frères Horten. Celle de Nila la reproduit fidèlement et, comme l’original, qui ne fut finalement jamais équipé de réacteurs, celle du pilote suisse est propulsée par un moteur électrique à hélice. Son agilité est stupéfiante!

Cyril Belcourt et son « taxi » recomposé…quelques minutes avant le crash….

Un peu à l’écart, un tout jeune garçon observe tout cela. Soma a dix ans, mais il pilote déjà depuis un an. Son planeur est presque plus grand que lui, mais cela ne semble guère l’impressionner. La passion de cette nouvelle recrue rassure Cyril Belcourt : «la plupart des jeunes, regrette le vétéran, ne s’intéressent qu’aux drônes. C’est amusant, un drône, et on peut faire de belles prises de vues, avec… mais l’aéromodélisme est tellement plus vaste et plus passionnant… » Cela pourrait passer pour une querelle de générations, mais c’est plus profond : pour bien piloter un avion radiocommandé, il faut accepter de progresser lentement, en respectant des étapes techniques essentielles. Le drône quadricoptère que l’on voit partout, lui, se maîtrise en quelques minutes. C’est peut être ça que regrette Cyril, ce goût pour la facilité…

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Excursion exclusive dans la Maison du Gouverneur de l’Ile Plate

L’îlot Gabriel, l’Ile Plate et le superbe lagon