De la plage de Roches-Noires jusqu’à celle de Bras-d’ Eau, en passant tantôt par la route côtière, tantôt par les champs de cannes, s’étend une région riche en découvertes. C’est une escapade sans pareille que nous avons vécue avec l’équipe de Yemaya Adventures dans le nord-est de l’île Maurice. 

Nous avons rendez-vous avec Patrick Haberland, ancien champion cycliste reconverti dans l’écotourisme. Il est accompagné d’Hemraz et Jean Daniel, deux guides professionnels spécialisés dans les sorties en pleine nature.

Avant le départ, un briefing essentiel sur les consignes de sécurité, une dernière vérification du vélo, des accessoires et, sans oublier, de la réserve d’eau! C’est parti pour une belle aventure à VTT ! Point de départ : La plage de Poste-Lafayette. Le soleil de septembre est au rendez-vous et la douce chaleur se fait rapidement ressentir. Les deux premiers kilomètres se font sur l‘asphalte de la route côtière. Le léger faux plat nous permet de nous mettre en condition de manière progressive. A cette heure matinale, la senteur iodée de la mer est stimulante et d’autant plus à la vue de ce décor où les couleurs varient entre le bleu azur du ciel et le vert des filaos.

Peu après, nous nous dirigeons vers un nouveau paysage. Nous traversons un sentier sablonneux jonché d’étendues d’herbe çà et là, pour arriver à la plage de Bras-d’ Eau : c’est notre première escale. Elle permet à Patrick de nous expliquer qu’ici, la profondeur du lagon peut changer subitement. Ce qui génère des nuances de couleur, virant subitement du bleu-vert au turquoise. Il est très dangereux de s’y baigner! Des mangroves s’accrochent, tant bien que mal, tourmentées par le vent marin.

De nouveau en selle, nous franchissons la route côtière avant de se faufiler dans une petite ruelle qui mène à un four à chaux. Alors que nos guident nous expliquent qu’ils sont nombreux dans cette région, nos yeux s’attardent sur des vaches qui broutent tranquillement sur le bas côté. Un instant apaisant…

Changement radical de décor

Nous arrivons à l’orée de la forêt du parc national de Bras-d’Eau et pénétrons dans un sous bois abritant des plantes indigènes et endémiques. Jean Daniel est ravi de nous décrire les différentes variétés de cette végétation rare, faisant la richesse de ce lieu. Il s’attarde sur l’aloès, dont la chair est comestible. Il a, d’ailleurs, une très bonne recette… Le sentier devient raide et les roues du VTT butent contre les rochers. Patrick nous guide face à cette difficulté. « Il faut rouler très vite. C’est la meilleure façon de passer ». Nous obtempérons et mettons en pratique les conseils du professionnel. Effectivement, la traversée est plus agréable. Au fil des kilomètres, nous plongeons au plus profond du parc national. Quelle rencontre : des macaques! Un arrêt s’impose pour les prendre en photo avant de s’engager jusqu’au centre de la réserve de Bras-d’ Eau.

Nous y découvrons les ruines d’une vieille sucrerie, exploitée il y a plusieurs décennies. A cette époque, Bras d’Eau était une propriété sucrière avec son petit village de paysans. En 2011, celui-ci a été proclamé deuxième parc national terrestre de Maurice, après celui des Gorges de la Rivière-Noire (Voir le hors-texte sur la page ci-contre pour plus de détails). Une partie des ruines a été réhabilitée en centre d’accueil des visiteurs (Visitors Centre). Après une visite rapide du centre, nous poursuivons notre excursion à travers la forêt. Direction : Roches-Noires.

Nous pédalons à travers les bois sur quelques kilomètres et descendons une longue pente rocailleuse qui s’achève à une intersection. Sur notre droite nos guides nous présentent le site du Mauritius Radio Telescope où des équipements de recherche astrophysique, aujourd’hui désuets, seront bientôt remplacés pour de nouvelles études. Au bout du sentier, nous prenons à gauche pour rejoindre Roches-Noires. Le passage est accessible, permettant à nos jambes, peu exercées, de se remettre rapidement des nombreuses secousses ressenties lors de la première partie du parcours.

Les caves de lave

L’arrivée à Roches-Noires est l’occasion d’une nouvelle escale, bien méritée. Cette région est célèbre pour ses caves et galeries de lave qui s’étendent sur plusieurs kilomètres. La cave la plus connue et la plus visitée du secteur est La Cave Madame. Nous préférons aller visiter une galerie moins fréquentée, par manque de temps, car moins longue. Nous imaginons spontanément y rencontrer des chauvesouris. Muni de nos lampes torches, nous nous aventurons dans la galerie, toujours accompagnés de nos guides, et découvrons avec stupéfaction – non pas des chauves souris, mais de petites hirondelles! Il faut faire très attention de ne pas glisser sur le sol boueux. Achluophobes et claustrophobes s’abstenir !

La petite visite dans cette cave est très sympathique et nous permet de reprendre notre souffle avant de remonter sur le vélo. Le gouvernement, actif et conscient de ces richesses naturelles, y a balisé un parcours de santé, reliant le village de Roches-Noires à celui de Rivière-du-Rempart. Nous l’empruntons et parcourons les quelques kilomètres séparant les deux villages. La traversée du village de Rivière-du-Rempart est également l’occasion de découvrir les petites routes de village authentiques et surtout, de découvrir la fameuse rivière qui prête son nom à cette région de l’île. On peut également s’y arrêter pour gouter aux amuse-gueules et autres cuisines de rue locaux, afin de mieux plonger dans l’authenticité de l’île.

Sur quelques kilomètres, nous empruntons un sentier au milieu des champs de canne à sucre, nous menant vers un autre four à chaux. Nous faisons un arrêt pour monter admirer la magnifique vue sur Le Barachois, avant de reprendre nos vélos pour regagner la plage de Bras-d’ Eau à travers les champs de canne. Ensuite, dernière ligne droite sur la route côtière jusqu’à la plage de Poste-Lafayette où nous avons commencé notre parcours.

Nous sommes ravis et fiers, non seulement d’avoir parcouru 20 kilomètres à vélo mais, d’être allés à la découverte de cette nature sauvage et authentique qu’offre le littoral nord-est du pays.

Yemaya Adventures

Yemaya Adventures, géré par Patrick Haberland, conjugue parfaitement écotourisme et découverte. Cet ex-cycliste de haut niveau et spécialiste du kayak de mer, vous entraînera hors des sentiers battus : au cœur de la mangrove et à la découverte du lagon de l’île d’Ambre, sorties VTT et randonnées sur toute l’île. Située à Kalodyne, Grand-Gaube), cet amoureux de la nature et des sensations fortes vous fera découvrir son île Maurice, dont il connaît la faune, la flore et l’histoire, de manière unique et mémorable.

Téléphone : (230) 5752 0046
E-mail : adventure@yemayaadventures.com ou
sur www.yemayaadventures.com

Le Parc National de Bras d’Eau

Les réserves naturelles de Bras-d’Eau et Mare-Sarcelles ont été proclamées « parc national de Bras-d’ Eau » en août 2011. L’objectif est de protéger davantage les réserves. Situé sur une superficie d’environ 497 hectares à Poste-Lafayette, le parc national se compose principalement de plantations exotiques comme l’acajou, l’eucalyptus et l’araucaria. Un certain nombre d’espèces d’oiseaux vivent dans ces arbres, notamment la salangane (Petite Hirondelle), le pic-pic ou oiseau blanc (zosterops mauritianus), le gobe-mouches et sans oublier la star de ces bois : le Coq des Bois. Le parc abrite également une orchidée indigène, l’Onnelia Aphrodite. Il y a également cinq bassins de poissons d’eau douce dans le parc.
Ancien village de travailleurs de champs de canne à sucre, les ruines de l’ancienne sucrerie, un four à chaux, un puits datant de plus de 200 ans et une ancienne voie férrée qui servait à transporter la canne récoltée vers l’usine.
Un parcours balisé d’environ quatre kilomètres est également disponible pour ceux souhaitant faire une randonnée à la découverte des richesses de cette réserve naturelle.

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Foot 5 : le foot intense

Depuis février 2016, le centre commercial de Bagatelle