Plein ouest, le domaine privé de Yemen, la réserve de chasse la plus importante de Maurice située au pied des montagnes du Rempart et des Trois Mamelles s’est ouverte au public en novembre dernier. Par une approche de la nature en marchant, en pédalant ou à bord d’un véhicule tout terrain, à chacun de de concocter son programme. 

Catégorisé comme plus grand chassé mauricien avec ses 3400 hectares accessibles et ses 10 000 têtes de cerfs, Yemen abrite aussi une forêt sèche d’espèces endémiques, encore bien preservée. Et pour qui emprunte une de ses pistes, le site a le don de faire naître en chacun une petite fibre aventurière… ses plaines d’herbe rabougrie et ses bosquets d’épineux pouvant faire croire à un remake moderne de “Out of Africa”… Aujourd’hui, l’ombre de Karen Blixen nous accompagne, une douzaine à être conduits sur les chemins caillouteux, à bord d’un 4X4… Sous un ciel azur et à vitesse réduite, les exclamations fusent des véhicules face au spectacle donné par les “vagues” de cerfs déboulant d’un bosquet d’eucalyptus ici, et là, d’immenses tapis de pervenches de Madagascar épanouies en dépit de l’aridité du sol… Pour permettre aux touristes, mais surtout aux Mauriciens de faire connaissance avec cette partie de l’île jusqu’alors restée secrète, Maurice Koenig, le directeur général du domaine et Raoul Maurel, directeur du golf et de l’hôtel Tamarina, propriétés du groupe Médine, comme l’est Yemen, parlent d’une seule voix : pour eux, pas question toutefois d’y encourager un tourisme de masse. Les entrées se font en effet uniquement sur réservation à partir du site internet et les visites, sont encadrées par des professionnels.

Recours à des experts dans leurs domaines respectifs

Yemen Expérience s’est en effet adjoint les services de prestataires spécialisés dans les activités de loisir de plein air dont Yanature et Electro-Bike Discovery, pour assurer le bon déroulement des activités sur le site. Au parc de Casela, mitoyen, la luge sur circuit, l’accrobranche et la tyrolienne, à Yemen Experience la découverte intelligente de la nature environnante sous couvert d’une parenthèse ludique à bord d’un véhicule tout terrain, en vélo électrique ou à pied. Bonne nouvelle, on invite à laisser à l’entrée ses ambitions de performances sportives, car les expériences nature se font à la cool, le rythme d’un groupe se calant sur celui des moins entrainés : 6km en 3h avec un dénivelé de 200 m positif pour une rando standard ou 2h30 de vélo (électrique, pour l’assistance bienfaitrice en montée!) qui permet de se déconcentrer de son effort à pédaler pour admirer le paysage… comme l’explique Nicolas, guide chez Yanature en écrasant quelques feuilles de bois de reinette entre ses doigts.

La réserve de chasse la plus importante de l’île avec ses 10 000 cerfs

Sentez, ça sent la pomme, raison pour laquelle on a baptisé cette espèce de la sorte ”, relate t-il. “L’idée des balades vise à expliquer le développement du territoire à travers les plantes composées, dans ce domaine, d’espèces endémiques rares comme le bois clou ou encore, le bois d’ébène marbré, des informations que nous voulons partager avec les Mauriciens, qu’ils se sentent concernés par l’exception de cet heritage naturel et qu’ils aient envie de le préserver ”.

A l’issue de ces explications, le groupe quitte la crête depuis laquelle la vue embrasse la côte ouest, de la montagne du Morne jusqu’à Albion, pour embarquer en voiture tout terrain. Une succession de plaines, de périmètres boisés en eucalyptus et acacias, de zones marécageuses composent les paysages qui mènent jusqu’au Lodge de Yemen, un site de villégiature exclusif. Chemin faisant, la rencontre avec nombre de cerfs, mais aussi de cochons marrons, de canards, singes et paons donnent toute la mesure de la réputation du domaine comme le plus giboyeux de l’île. “C’est en effet la faune qui le distingue des autres sites de randonnées, comme la Morne ou encore les gorges de Rivière noire, où l’on parle d’animaux, mais sans forcément les voir”… admet Nicolas.

A chacun son rythme, mais en restant groupés

Un pavillon de chasse transformé en lodge

Deux virages supplémentaires et les 4X4 stoppent devant une demeure, sans luxe ostentatoire, mais augurant de belles promesses de confort. C’est en 2015 que le groupe Médine a fait l’acquisition, du Yemen Lodge, alors auberge de montagne et exclusivement dédiée aux chasseurs. Ce petit bijou situé à 180 mètres d’altitude, bénéficie d’une vue panoramique tout à fait exceptionnelle sur l’ouest. Ayant fait l’objet d’une rénovation majeure, il peut accueillir jusqu’à 90 convives pour des évènements privés. Mais must du must, le Yemen lodge peut aussi être loué pour y passer la nuit en famille, entre amis, ses deux chambres à coucher permettant d’héberger deux couples et quatre enfants. Avec sa vue plongeante sur la nature en contrebas et en second plan, la mer, cette confortable habitation qui s’occupe en all-inclusive, fera par ailleurs le bonheur des uns et, peut-être la contrariété des autres, en proposant la coupure avec le monde extérieur par le no wifi. C’est d’ailleurs depuis le lodge que notre retour vers la base se fera en vélo. Après les explications de fonctionnement des engins, – en actionnant ou pas l’option électrique -, l’énoncé des consignes de sécurité, l’ajustement des selles et le port du casque, c’est parti… et en descente s’il n’est pas nécessaire de pédaler, monter les cotes s’avèrera être une expérience sans douleur, pour qui choisit d’être davantage spectateur que sportif en se laissant porter par l’assistance électrique. Retour donc au campement de chasse baptisé Pavillon de Yemen, après qu’il ait été soumis à un lifting complet… Ayant pour vocation d’être le point de départ des autres activités proposées dans le domaine, la bâtisse, modernisée, fait également office de lieu de réceptions, de réunions d’entreprise et autres team building, sous tutelle de la société sœur de Médine, Talents.

Le pavillon de chasse transformé en lodge

Plus pour valoriser le domaine qu’en retirer des revenus

Comme énoncé sur son site internet… On y randonne, on y séjourne, on y organise de somptueuses réceptions, mais Yemen est avant tout un chassé rappelle Maurice Koenig. Et ce sont ces substantiels revenus retirés de la chasse qui  servent à entretenir et à valoriser le domaine. A côté, ceux issus des nouvelles activités d’éco-tourisme représentent peu. Mais ce n’est pas le but rappelle Raoul Maurel, l’objectif ciblant davantage une nouvelle étape dans la vie de Yemen. En offrant au visiteur l’impression d’être seul au monde, en permettant au Mauricien de re-découvrir son île. “Ride, Walk, Explore, Celebrate, Stay, Team-Up, Think, Hunt and Meat”, les activités de Yemen Experience, sont disponibles au grand public sur réservation via le website www.yemen.mu

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Une croisière sur-mesure à bord de La Curieuse

Ancien navire de soutien aux missions scientifiques françaises