Plongez au cœur de la culture rodriguaise grâce à sa cuisine, confectionnée à partir d’un large choix de fruits de mer frais, de légumes et fruits locaux. Si les plats y sont si savoureux, c’est qu’ici, chaque ingrédient est sélectionné pour sa fraîcheur, ses arômes, puis cuisiné selon les traditions anciennes. Pas étonnant que l’île soit si réputée pour ses tables d’hôtes.

Que vous ayez une préférence pour la viande, le poisson ou les fruits de mer, vous y trouverez forcément votre bonheur. L’île utilise ses nombreuses ressources naturelles pour préparer des plats aussi savoureux qu’originaux. Côté boisson, le jus de l’incontournable limon rodriguais, de préférence glacé, est très prisé ou sinon, au choix des papilles, les petits rhums à base de limon et miel ont aussi la cote. D’ailleurs, les habitants adorent arranger eux-mêmes leur rhum avec les fruits exotiques de l’île.

La cuisine traditionnelle rodriguaise n’a pas de secret pour Jeannette Gaspard.

Situé à Montagne Bois Noir, sur la route menant vers la tyrolienne, « Le Tropical-Chez Jeannette » est très connu pour sa cuisine au feu de bois dans l’île. Sa grand-mère lui disait toujours, « Même s’il n’y a rien à manger, il faut toujours allumer un feu, la nourriture viendra d’elle-même. » C’est ainsi que Jeannette Gaspard a gardé cette habitude.

Dans un cadre simple et relaxant, Le Tropical ouvre aussi les portes de son Jardin des cinq sens. Adossé à cette maison d’hôtes très agréable, l’on trouve en effet une extension réussie d’un jardin fleuri. On peut y prendre le repas tout en profitant du soleil quand il fait beau.

Au menu, chez Jeannette, place au riz de maïs, haricots rouges (de Rodrigues, cela va de soi), un cari de poisson, du poisson frit, un «vindaye ourit» et une salade de papaye. Et au dessert, des «gato coco». Le tout arrosé d’un bon jus de limon. Chez Jeannette, si l’on sait que le déjeuner est servi à partir de midi, on ne sait jamais quand il va se terminer. En bonne compagnie, on ne s’ennuie pas, dit-on et Jeanette a toujours les mots qu’il faut pour vous faire sentir comme chez vous, jusqu’à même vous livrer quelques secrets de sa cuisine locale.

Chez Madame Larose, un break en plein air

Après une excursion longeant les plages de l’est, sur la route menant à Pointe Coton, repérez une jolie case créole. Avec des tables sous une varangue et d’autres éparpillées dans le jardin, à côté de la balançoire… C’est là, et c’est tout de suite charmant! « Madame Larose » vous ouvre ses portes et dispose dans les assiettes, une honnête cuisine du terroir qui varie selon les produits du marché et de la pêche: crabe à l’étouffée au basilic, gratin de fruits de mer, cari zourite, langouste grillée, rougaille saucisses… Pour de bons desserts ou des plats plus élaborés, il est recommandé de réserver à l’avance.

Notre spécialité en terme de boisson, c’est le petit punch limon et miel. Et les plats les plus demandés sont  les côtes de porc sur feu de bois, ainsi que les poissons ou langoustes grillés», relate Dolly, la gérante. L’espace peut accueillir une trentaine de personnes. Ayant vocation à être un commerce familial, frères et sœurs Larose y apporte leur contribution en gérant leur propre élevage de porcs, de poulets et en cultivant le limon, dans l’arrière cour, qui abrite une grande plantation. Le moins que l’on puisse dire c’est que tout y est ultra frais!

Grand Lagon, pour une bonne pêche

Si après une marche parmi les tortues à la réserve de François Léguât l’envie d’un bon plat typique vous prend, direction le Grand Lagon à Dans Coco. A l’entrée, un panneau, mais pas de carte. Juste quelques tables sous une terrasse abritée sous forme de paillotte. La spécialité de la maison c’est de la fondue chinoise réadaptée, avec poisson et fruits de mer. Dans un bouillon de crabe installé sur la table au-dessus d’un réchaud, les clients font cuire poissons, calamars et crevettes frais, ainsi que langoustes, vermicelles et brèdes. Pour se servir, chacun doit pêcher dans le grand récipient pour garnir son assiette.

« A travers ce principe, les clients ont la chance de voir les fruits de mer crus. Ils sont nombreux à trouver le principe amusant. Ils ont le sentiment de participer à la cuisine » explique Céladia Louis, la gérante. Pour trouver une table, il faut réserver en avance. « Le soir, nous sommes ouverts uniquement sous réservation. » Et pour la  boisson, le petit punch n’est toujours pas très loin… Mais pour accentuer le dépaysement, pourquoi ne pas opter pour un mijoto, alliant limon et feuille de menthe.

Chez Perle, une vraie perle

Apres une visite de Caverne Patate à Petite Butte, Perle Swee vous accueillera avec le sourire et un bon verre de jus limon glacé pour vous rafraichir. Comme sa cour regorge de fruits exotiques, elle ne rate jamais une occasion pour les transformer en jus, achards ou autres condiments aigre-doux pour donner plus de saveur à ses plats. « Le plus souvent on propose du poisson grillé. Ou encore des crevettes au beurre d’ail, du calamar sauté, car la clientèle adore ça », sourit Perle

Elle cultive du maïs et des haricots pour faire tourner le commerce. « Qui dit table d’hôtes, dit aussi produits du terroir. Il est préférable de produire soi-même pour pouvoir servir le client. Car le client est roi. »

La cuisine de Mme Perle est délicieuse et en quantité abondante, sans parler de sa gentillesse, un trésor supplémentaire que l’on trouve chez elle. «Ici, c’est comme être en famille et en même temps, le dépaysement total » , raconte une de ses clientes.

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Dans les petites rues de Port-Mathurin

La capitale économique et le centre administratif de