A l’orée de la ville de Saint-Denis, une petite randonnée insolite, belle et mystérieuse, méconnue de bon nombre de Réunionnais. Stéphane Guillebaud.

C’est une randonnée qui se mérite. Non qu’elle réclame une parfaite condition physique, ni qu’elle accuse des dénivelés astronomiques. La balade de la ravine Montauban se distingue parce qu’elle se cache aux regards. Perdu au détour d’un labyrinthe de ruelles « rurbaines », privé de toute indication, l’endroit se préserve de toute invasion touristique.

Pour s’y rendre, prendre le boulevard sud de Saint-Denis direction Sainte-Marie puis, au dernier rond-point avant les quatre voies, bifurquer en direction de La Bretagne. Il faut avaler la rue Gabriel Macé puis, enchaîner sur la route Jules Reydellet sur deux kilomètres. L’essentiel est de rouler lentement afin de de pas manquer le petit embranchement, sur la droite, amenant sur le chemin Montauban. Une fois ce dernier emprunté, il vous faudra suivre ses méandres, parfois trompeurs, jusqu’à un petit pont signalant la ravine éponyme.

Un petit terre-plein peut faire office de parking. Le site n’est en général pas bondé. Un petit sentier part de la route et s’enfonce dans les bois. Comme une sentinelle postée en surveillance, un petit autel dédié à la vierge, veille sur le site. Il semble régulièrement entretenu. Le sentier s’enfonce en sinuant dans les bois. Très vite, il disparaît à la vue des passagers de la route. Il ne faut pas plus d’un quart d’heure pour rejoindre la première étape de cette randonnée insolite : une cascade. Au total, elle en compte sept.

Une option vers la roche écrite

La spécificité de la randonnée de la ravine Montauban réside dans les baignades en série qu’elle impose. Impossible en effet de contourner le cours d’eau. Il faut se lancer, braver la froidure de l’eau descendue droit de la montagne et escalader chaque cascade. L’aventure n’est pas périlleuse mais réclame un minimum de prudence. La pierre volcanique se révèle inévitablement glissante et les rochers en contrebas généralement coupants. La randonnée séduira les amateurs de – petites – sensations fortes mais reste déconseillée aux familles.

Les escalades successives des sept cascades tiennent parfaitement la comparaison avec les meilleurs manèges des parcs d’attraction. C’est sympa, fun et suffisamment physique pour que l’on se prenne pour un héros. A l’arrivée au sommet, le souffle est un peu court. La baignade s’impose. Comme dans la plupart des bassins réunionnais, l’eau est noire et froide. Mais quel plaisir !

Le retour ressemble à un gigantesque toboggan. Les cascades ne présentent aucun danger majeur. Les bassins sont suffisamment profonds. Attention tout de même au périmètre de chacun qui s’enfonce en cône inversé jusqu’à environ trois mètres de profondeur. On se cogne assez facilement. En résumé, la randonnée de la ravine Montauban offre trois bonnes raisons d’être connue : elle est unique, elle est facile et très « fun». Et la connaître, c’est la garantie qu’au retour, on n’aura pas oublié… les serviettes !

Pour les amateurs de plus longs treks, la randonnée peut se poursuivre par une grande boucle qui vous amènera jusqu’aux contreforts de la Roche Ecrite, l’un des plus beaux points de vue au-dessus de Saint-Denis. Comptez deux à trois heures de marche et gare, le sentier n’est pas toujours balisé.

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Incursion dans le royaume des colons et des esclaves

Un détour à L’Union et à Montagne Cimetière,