La route du thé est un parcours unique, à la fois gastronomique, historique et culturel il permet de découvrir l’île Maurice autrement. Les trois étapes de la balade nous plongeant dans deux univers étroitement liés : le thé et le sucre. Avec les Domaines des Aubineaux, de Bois Chéri et de Saint-Aubin, c’est un voyage à travers l’histoire mauricienne et son patrimoine colonial.

Il est 8h45, nous quittons les rues animées de Curepipe pour rejoindre en périphérie de la ville, la première étape de notre escapade du jour : le Domaine des Aubineaux. Malgré une météo capricieuse provoquant vent glacial et d’incessantes gouttes de pluie, nous sommes vite séduits par l’entrée vers ce grand terrain paysagé, bordé de Camphriers. Entourée d’un magnifique parc, une belle et imposante bâtisse datant de 1872 au style colonial se dresse devant nous.

Aubineaux : la bâtisse au charme colonial

La route du thé

 

Nous sommes accueillis chaleureusement par Anaëlle, qui nous propose de nous installer au chaud et nous sert du thé et des petits biscuits au thé. Notre hôtesse se chargera également aussi de la visite guidée du Domaine des Aubineaux.

Fabriquée en bois, cette demeure coloniale fut construite sur l’emplacement d’un ancien hôtel détruit lors d’un cyclone. Rachetée en 1884 par Louis de Rochecouste, il décida de l’appeler la « Belle Maison ». Ce dernier y vivait avec sa femme et sa fille, Valentine. A côté de la maison, se trouvait le « Saint Clos », une demeure appartenant à la famille Guimbeau. Maxime Guimbeau, le fils de Gustave Guimbeau, se maria à Valentine de Rochecouste. Par la suite, les époux décidèrent de fusionner les deux maisons pour y faire une seule et unique demeure : le « petit Aubin » que l’on appelle aujourd’hui le Domaine des Aubineaux.

C’est accompagnés de notre guide que nous faisons un saut dans le temps pour découvrir l’histoire de cette grande famille mauricienne, d’origine vendéenne en France. Grande de 746 m2, la maison comporte 28 pièces et 117 portes et fenêtres. Le Domaine des Aubineaux a été l’une des premières bâtisses à avoir de l’électricité en 1881. Ce patrimoine appartenant à la famille Guimbeau, orné de jolies tourelles, a conservé tous ses meubles et tableaux d’époque.

Nous y contemplons les anciens espaces de vie, élégamment décorés de meubles datant de la Compagnie des Indes. Dans le vaste couloir central, très peu commun à l’époque, se trouve des photographies de l’exposition universelle de Paris en 1900 et des clichés de la famille Guimbeau au début du siècle, dont le cliché de la dernière habitante du Domaine : Louise Myriam Harel Guimbeau. Elle fut l’épouse de Louis Philippe Guimbeau, le fils de Valentine et de Maxime. Myriam Guimbeau y a vécu jusqu’à l’âge de 82 ans. C’est lors de son décès en 1999 que ses enfants et petits enfants ont décidé de transformer cette demeure en musée et d’ouvrir son histoire au monde.

Notre balade hors du temps prend fin dans le magnifique parc de 33 hectares qui abrite de beaux arbres tropicaux et endémiques, dont une colophane de plus de 500 ans. Le Domaine propose également une cuisine locale pour le déjeuner, à l’écart du bruit et de la pollution du centre ville.

 

[supsystic-gallery id=’11’]

Le thé dans toute sa splendeur

La deuxième étape de ce circuit nous conduit dans le village de Bois-Chéri, à près de 500 mètres d’altitude, dans le sud de l’île. Trace des influences britanniques et indiennes, le thé est une boisson très prisée des Mauriciens. Datant de 1892, l’usine de Bois Chéri est la première plantation de thé de Maurice.

La route du thé

 

A l’intérieur de l’usine, c’est une odeur forte et agréable qui ravit à la fois connaisseurs comme amateurs de thés. Malgré le bruit assourdissant des machines, les différentes explications données par notre guide, Christelle, sont très intéressantes et permettent d’apprendre les différents stades de production du thé. Nous avons droit à tous les secrets de fabrication : de la cueillette jusqu’à l’emballage, en passant par le flétrissage, la fermentation, le séchage et le tamisage.

Environ 200 personnes travaillent encore à l’usine de Bois Chéri: 75 personnes à l’usine et plus d’une centaine de métayers dans les plantations de thé. Le musée vient clôturer la visite guidée et met l’accent sur les particularités de la culture du thé dans l’histoire de Maurice. Des machines anciennes liées à la production théière y sont exposées de même que des services à thé du 19ème siècle, des photos et des tableaux.

Après l’histoire, place à la dégustation. Nous empruntons un chemin au milieu de la verdure qui nous mène vers un chalet. Celui-ci surplombe un lac et offre, pendant les beaux jours, une magnifique vue panoramique sur la côte sud-est de l’île. Les visiteurs peuvent y déguster les différents thés et tisanes produits par l’usine de Bois Chéri. La température est plutôt fraîche et la pluie joue au trouble-fête. Néanmoins, nous apprécions cette délicieuse tasse de thé. Nous avons également l’occasion de goûter à la fameuse chatini de thé, très appréciée des touristes et des Mauriciens. Sur le même site, le restaurant « Le Bois Chéri » propose des mets aux saveurs de thé comme le poulet au thé vert ou encore les grosses crevettes au thé exotique.

 

[supsystic-gallery id=’12’]

Le Saint Aubin –  patrimoine architectural à l’honneur

Notre excursion nous dirige encore plus vers le Sud. C’est à Saint-Aubin, à quelques kilomètres au nord de Souillac en direction de Rivière-des-Anguilles, que s’achève la dernière étape de la route du thé. Le Domaine propose en un seul lieu, un survol des activités qui ont marqué l’histoire économique de l’ile : une sucrerie, aujourd’hui transformée en musée, une serre d’anthuriums et de vanilliers, une distillerie artisanale, et une belle maison coloniale datant de 1819.

La route du thé

 

Une nouvelle petite manufacture de sucre a été recréée pour que les visiteurs puissent voir toutes les étapes de l’exploitation de la canne. La Maison de la Vanille retrace, elle, le processus de production de la fameuse gousse aromatique. Chaque année, sur les trois hectares sous culture de l’orchidée, seuls 200 kilos de vanille sont produits. C’est la raison pour laquelle, elle est vendue uniquement au Domaine de Saint-Aubin. De son côté, La Plantation propose un parcours botanique à travers son magnifique jardin où une aire de jeux ainsi qu’une mini ferme ont été aménagées pour le bonheur des enfants.

Il est déjà l’heure du déjeuner. Une halte gourmande s’impose au restaurant Le St Aubin, installé dans l’ancienne maison de planteur entièrement rénovée dans les années 90. Le lieu regorge de charme : le cadre verdoyant plongé dans le patrimoine mauricien permet aux visiteurs de savourer un moment unique. C’est sous la varangue que nous goûterons à une savoureuse et authentique cuisine mauricienne. Nous dégustons des petits pains à la vanille et de la focaccia en attendant le menu du jour : le célèbre poulet à la vanille de Saint-Aubin, accompagné de légumes sautés, de lentilles à la créole, de chutney et de riz. Tout est fait-maison. Un délice.

L’escapade à la fois gustative et historique prend fin à la Maison du rhum. Dans cette distillerie, nous pouvons voir les différents processus de la distillation du rhum agricole de manière artisanale. Depuis 2013, cette distillerie propose le rhum agricole : Saint Aubin 1819. Ce rhum traditionnel, fabriqué sur place à partir du premier jus de canne, est vieilli en fut de chêne pendant 2 ou 3 ans.  Il est arrangé à la vanille, au café, aux épices et au coco, avant d’être mis en bouteille à l’ancienne et commercialisé sur la propriété.

 

[supsystic-gallery id=’13’]

Ce circuit d’une demi journée nous a permis d’explorer l’île Maurice sous différentes facettes : coloniale, traditionnelle, culturelle et gastronomique. Un circuit magnifique, riche de sens et de découvertes, qui ne demande qu’à être vécu.

Pour ceux qui veulent profiter du cadre pittoresque et apprécier des instants de quiétude d’une autre époque, l’Auberge Saint Aubin, maison créole datant de 1908, dispose de 3 charmantes chambres. Ainsi, vous pouvez étendre votre découverte de cette partie de l’île en séjournant sur place.

 

[supsystic-gallery id=’14’]

 

La route du thé

Horaires: 9hr-17hr

Téléphone: 676 3089

E-mail: sales@saintaubingroup.com

La Route Du Thé – Ile Maurice – Saint Aubin – Bois Chéri – Domaine des Aubineaux

La Route du Thé vous propose une excursion en trois étapes pour découvrir l’histoire de l’ile Maurice et ses saveurs : Le Domaine des Aubineaux, Bois Chéri et le musée du thé, Saint Aubin et la maison du rhum. L’Auberge de Saint Aubin s’est ouvert en 2007.

Facebook:

Domaine des Aubineaux 

Domaine de Bois Cheri

Domaine de Saint Aubin

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

World of Seashells pour tout savoir sur les coquillages

Dans le Sud de Maurice, à Bel Ombre,