Cap vers l’Est à la découverte d’une des régions les plus verdoyantes de Madagascar en empruntant la RN2. Une route sinueuse, souvent escarpée mais ô combien agréable avec ses rizières, ses villages de «trano feta» – habitats traditionnels tirant leur couleur rouge de la terre avec laquelle ils sont construits -, ses vendeurs de légumes, de maïs ou de miel campés au bord de la route et croisés tout au long du trajet.

Après une soixantaine de kilomètres depuis Antananarivo, on arrive au village d’Ambatolaona, dernier carrefour avant d’accéder au «Mandraka Park». L’air devient tout à coup plus frais, plus humide et le paysage davantage arboré fait sentir que l’on a franchi la porte de l’Est. 1,5 kilomètre plus loin, au détour d’un virage, l’on découvre un village de vacances de l’autre côté de la rivière, niché sur une presqu’île, avec ses paillotes et quelques constructions en matériaux locaux, dont la pierre rose de Mantasoa, emblématique de la région. La configuration du site n’est pas sans rappeler celle des villages touristiques de l’Ardèche, en France, et le spectacle qui s’offre est une invitation à entrer et à prendre « le temps de vivre », le slogan de la maison, en hommage au chanteur Georges Moustaki.

En traversant le pont, on est accueilli par Juliette qui donne les premières informations sur le site construit en 2000. Auparavant, cette zone et les forêts d’eucalyptus alentours étaient destinés à ravitailler la compagnie des chemins de fer en traverses. La voie ferrée passe d’ailleurs dans la propriété et le passage des trains est un magnifique spectacle qui renvoie à une autre époque.

Aussi une des meilleures adresses pour se restaurer

On y vient pour sa quiétude et sa cuisine goûteuse

Sur cet axe routier, le domaine, l’un des premiers à avoir proposé des locations de paillottes au bord de l’eau, propose aussi une cuisine familiale, généreuse, au goût local – les viandes fumées ou cuites au four à bois font partie des spécialités de la maison. «Mandraka Park» attire une clientèle d’horizons divers, composée tant de cyclistes que de scientifiques étrangers appréciant particulièrement le site, ainsi que les familles et les expatriés de la capitale à la recherche d’air pur et de tranquillité.

Si beaucoup de personnes s’arrêtent à «Mandraka Park» pour flatter leurs papilles, encore trop peu profitent pleinement des richesses dont regorge le site. En effet, rien ne laisse deviner que derrière ces constructions de façade (restaurant, bar-guinguette, paillotes…) se cachent près de 100 hectares de forêts dédiés aux activités vertes et à la découverte de la biodiversité!

La «Chute de la Rose» se mérite au bout du trekking

Tyrolienne, balade découverte faune et flore, trekking…

Ainsi, les plus courageux optent pour un parcours de «zipline» (tyrolienne) et d’accrobranche au cœur de la forêt – avec survol de la rivière et d’un étang -, tandis que ceux qui sont plus sensibilisés à la faune et à la flore peuvent suivre le circuit «Ballade et découverte». L’adopter, c’est aller à la découverte de variété d’espèces végétales et animales endémiques, dont dans cette dernière catégorie, caméléons, batraciens, et lémuriens qui y ont trouvé refuge après que les voisins aient décimé une partie importante de leurs arbres pour en faire du charbon.

L’autre activité phare proposée au «Mandraka Park» est le trekking dans un espace totalement préservé, entièrement dédié à la nature. Sur
cette aire de 46 hectares, plusieurs parcours sont suggérés selon le potentiel physique de chacun: cascades, chute d’eau ou vue panoramique. En remontant le cours d’eau, l’on rencontre des espèces d’arbres précieuses pour déboucher sur la magnifique «Chute de la Rose», point d’orgue de la visite.

Une  journée n’est malheureusement pas suffisante pour profiter pleinement de ce qu’offre cette nature exceptionnelle, raison pour laquelle différents types d’hébergement sont proposés pour prolonger le plaisir, via une aire de camping, des bungalows pour les couples et les petites familles ou des dortoir pour les groupes. Le «Mandraka Park way of life »…? L’incarnation d’une autre facette de Madagascar qui nous réconcilie définitivement avec la nature.

Contact: FB Mandraka park

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Le sud de Mahé, d’une anse à l’autre

Une enfilade de criques et de baies léchées