Si le nom de Balaclava renvoie naturellement à l’hôtel Le Maritim et au restaurant gastronomique Château Mon Désir, l’on sait moins qu’il abrite un centre équestre. Etalé sur 25 hectares entre le lagon, la Rivière Citron et les plaines cannières, les beautés naturelles du domaine s’approprient crescendo, au pas, au trot ou au galop. Allez, en piste!

A savoir pour ceux qui nourrissent des envies de monter, le Maritim est bien le seul hôtel mauricien à disposer entre ses murs d’un centre équestre, situé non loin de ses fameux banians centenaires, à l’entrée. Il est géré par Jean-François Elladoo, affectueusement surnommé l’homme qui murmurait aux oreilles des chevaux – et à juste titre -. C’est d’ailleurs le maître des lieux qui nous accueille chaleureusement. Et nous annonce d’emblée la couleur: elle sera décontractée, aux antipodes de toute notion de précipitation et de compétition. “Ici, nous avons voulu créer un environnement dédié à la détente où il fait bon venir après le travail, comme si on allait au spa”, sourit-il. Au programme du jour, la balade pour débutants, dont je fais partie permet de faire le tour du domaine. Mon accolyte, Thierry, bien que cavalier émérite, devra – malheureusement pour lui – se caler sur mon rythme.

Décontraction et sécurité

Aussitôt les bombes distribuées, les consignes de sécurité énoncées, les palefreniers nous invitent à monter sur un rocher pour enfourcher chacun son tour, son cheval. Jean-François m’explique le maniement des rennes pour le diriger, le stopper ou lui donner le signal de départ avec deux coups – fermes – de talon sur les flancs. Mais le mien fait le sourd et préfère manger les tendres feuilles à portée de naseaux, “un manque d’autorité”, lance Jean-François. Fin psychologue, ce dernier me suggère de laisser tomber les rênes et s’empare de la longe de ma monture pour prendre ses commandes. Je me sens du coup plus légère, car moins concentrée sur “le comment faire “ et me rendre disponible pour admirer le paysage d’en haut. Notre trio s’éloigne du manège pour s’engager sur le chemin bitumé qui mène vers l’hôtel. Compte tenu des abondantes dernières pluies, l’itinéraire est modifié. Au lieu de contourner le golf comme fait usuellement, à cause de la boue, les chevaux s’engagent sur une allée marquant la frontière entre le 9 trous et les chambres pour déboucher sur la plage de la Baie aux tortues. Ils connaissent visiblement le chemin et se dirigent dans la direction du Westin Turtle Bay situé dans la continuité du Maritim. “En général nous dépassons le Westin avec les plus expérimentés pour lancer les chevaux au galop”, précise Jean-François, la longe de mon cheval toujours entre ses mains. Demi-tour et nous repartons au pas sous le regard des siroteurs de cocktails, reposant sur les transats.

C’est tout bon pour le trot!

Les trois chevaux longent le bord de mer alors que notre moniteur prévient, “on change de rythme pour passer au trot”. Sans surprise, je glisse sur la selle, avant de trouver la bonne rythmique du tempo, deux en haut, en bas, en haut, en bas… Loin d’adopter un train d’enfer, nous arrivons ensuite vers les sous-bois rafraichissants bordant la Rivière Citron et sur laquelle des kayaks attendent d’embarquer les vacanciers. Une nouvelle parenthèse de trot me permet de mesurer déjà – et avec satisfaction – les progrès faits depuis la plage et la vue des banians 100 mètres devant augure de la proche fin de la promenade. Les chevaux dépassent les Ruines de Balaclava, vestiges historiques du domaine datant du XVIIIème, longent les barrières du paddock pour regagner le calme de leur box. Ils ont terminé leur journée. Et dans le respect de la philosophie du centre, personne ne leur en demandera davantage aujourd’hui.

Des chevaux aux petits soins

Pas de doute, c’est un passionné qui a tissé un lien affectif très fort avec ses chevaux. Ils sont treize dont trois poneys à profiter d’une retraite dorée au centre équestre du Maritim. Fils et petit-fils de palefrenier, Jean-François Elladoo est pour ainsi dire tombé dans la marmite depuis son plus jeune âge. Après avoir travaillé au sein de la Fédération équestre de Maurice qui l’envoie se former en Afrique du Sud, il passe successivement, de retour dans l’île, par le Domaine les Pailles, le Domaine de l’Étoile avant de rejoindre le Maritim en tant que superviseur principal du centre depuis 2011. Lorsqu’arrivent ces anciens chevaux de course, souvent sujets à des traumatismes, Jean-François leur laisse du temps, les vacances qui leur ont fait défaut des annés durant. “Ils ont besoin de 6 mois à un an avant de se remettre de leur passé et ici je leur offre de la tranquillité, de la nourriture à la main, de l’affection, je leur parle…”. La vue d’un chien dans un box interpelle… Tout comme l’homme vient s’apaiser au contact du cheval dans le cadre d’une équithérapie explique Jean-François, le chien a même vocation vis à vis du cheval. Ce dernier destresse ausssitôt. Cajôlés jusqu’au bout, ces chevaux réhabilités ont par ailleurs leur jour de congé hebdomadaire chaque lundi et sont sortis quotidiennement sur le green paddock où ils peuvent courir librement, sans contraintes.

Maritim Resort & Spa Mauritius: Turtle Bay, Balaclava, Mauritius | Tel: (+230) 204 1000 | Email: info.mau@maritim.com

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Archipel de liberté

Le 29 juin 1976, le clairon de l’indépendance