Demandez à un Praslinois s’il regrette de ne pas avoir migré vers Mahé et il vous prendra pour un fou! On adhère aisément à son point de vue, la douceur de vivre y est telle… Ses 7000 habitants nourrissent de plus une fierté particulière: celle de vivre sur un confetti rayonnant à l’international, grâce à sa Vallée de Mai, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO et son Anse Lazio, l’une des plus belles plages au monde.

Arpenter la Vallée de Mai par désir de s’instruire relève, en même temps, d’un acte citoyen (du monde). En effet, il est bon de rappeler que 50% du prix du ticket d’entrée vont à Aldabra, autre territoire seychellois ayant rejoint le giron des sites classés au patrimoine de l’UNESCO, 30% sont dédiés à la Vallée de Mai et les 20% restants servent au fonctionnement du Seychelles Islands Fondation Management qui veille à la protection et la sauvegarde de ces territoires. Après un stop devant ces lignes explicatives à l’entrée de la Vallée Mai, le temps est venu de rentrer dans le temple du coco de mer, sur les pas de Médina. La jeune guide sillonne les pistes qui traversent le coeur de la forêt de palmiers, chaque jour, pour interpeler le visiteur sur les raisons de l’exception du site: six espèces de palmiers qu’on ne trouve nulle part ailleurs, pigeon bleu, black parrot, bulbul ou kestrel des Seychelles, des oiseaux endémiques qui prospèrent dans la Vallée de Mai expliquent cela.

Médina, guide touristique de la Vallée de Mai présentant un coco de mer

Vingt hectares de cocos de mer protégés

Pointant du doigt une cécilie, parente aveugle et sans pattes de la grenouille, expliquant la lenteur de la croissance du coco de mer, endémique à Praslin, fructifiant au bout de 25 ans seulement, Médina relate que les Portugais, premiers à avoir réussi à contourner le Cap de Bonne Espérance, l’ont découvert aux Maldives. Des noix échouées sur les rives maldiviennes – ramenées par les courants marins – sans pouvoir les rattacher à un arbre… Il n’en fallait pas moins pour réveiller les fantasmes associés à ce fruit à la forme plus que suggestive. Il aura fallu attendre la seconde moitié du 18ème siècle pour que le berceau du coco de mer soit enfin identifié! Les autorités qui veillent sur ce trésor national en voie de disparition interdit d’en ramener dans ses valises. A moins de débourser 5000 roupies seychelloises (environ 290 euros) pour une noix numérotée et authentifiée par un certificat sans lequel il ne peut sortir du territoire et délivré uniquement par les boutiques dédiées.

Le turquoise en toile de fond

L’autre incontournable de Praslin est l’Anse Lazio catégorisée comme l’une des plus belles plages au monde. Ce que personne, en arrivant sur le site, bouche bée de prendre autant de beauté dans les prunelles, ne viendrait contester. Une association de sable fin, d’eau turquoise et d’impressionnants rochers de granit en font la carte postale que tout le monde rêve de recevoir un jour de grisaille. Parmi les plus attractives de l’île à cause de sa largeur, car elle est effectivement de belle dimension, Anse Lazio a conservé son cachet nature, le site n’accueillant aucune construction. Enfin presque, puisqu’un hôtel est en train de sortir de terre… Gageons qu’il ne se fera pas trop remarquer. On y trouve une petite boutique, deux restaurants au bâti léger, en bois, dont l’excellent Bonbon Plume qui propose tout ce que la mer a de meilleur. Du poisson frais mariné ou de la langouste grillée, accompagnés d’une eau de coco fraîche, les pieds dans le sable, à l’ombre des takamakas et les yeux dans le bleu… Si ça n’est pas le paradis, il ne doit pas se trouver bien loin! A l’extrémité ouest de l’Anse Lazio, face à une jolie baie, pittoresque et pas cher, le Honesty bar, dépourvu de personnel, permet de se servir et de laisser ses pièces dans une caisse. Au regard de tous ces superlatifs, rien d’étonnant à ce que Anse Lazio se soit hissée sur la marche des six plus belles plages au monde par Tripadvisor en 2015.

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

L’île Cocos, au coeur d’un site protégé

Décrétée réserve naturelle depuis 1983, l’île Cocos, tout